Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're gonna go far, kid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: You're gonna go far, kid   Jeu 6 Nov - 16:25

Troisième jour des Olympiades, 19h30


Gallagher était dans la chambre qu’on lui avait attribuée, avec un autre type des Xanda Luminaere.
Oh, vous ne saviez pas qu’il avait été admis dans la confrérie de Qiang Xanda? On pourrait même ajouter un « enfin », si… Si il s’y était attendu. Mais non, point du tout. Il semblait pourtant que le jeune homme, qui avait réussi, après tout le travail acharné qu’il fournissait depuis son arrivée à Cambridge, à rattraper son retard, était parvenu à obtenir d’excellentes notes à ses examens, mais surtout à attirer les faveurs de la confrérie qui paraissait pourtant si peu le supporter à son arrivée dans la prestigieuse université.

« Tu te ramènes, Gallagher? »
« Ouais, ouais, je te rejoins »

Il semblait presque que le jeune homme avait récupéré sa popularité d’autant. Depuis qu’il était rentré dans la confrérie, c’était un peu comme si il n’avait jamais quitté le lycée. Il avait quitté son appart pour s’installer dans une chambre au bâtiment des Luminaere, et qu’on lui avait proposé de faire partie de l’équipe d’aviron de la fac, Adam avait fort l’impression que rien, ou presque, n’avait changé. Et se rendait compte, justement, de tout ce qui était différent depuis cette époque.
Au téléphone avec sa petite amie, allongé sur le lit, il répondait de manière plus où moins précise à ses questions. Cara n’avait en effet pas pu venir, prise quelque part en Suisse par des obligations familiales. Ce qui n’empêchait pas la jeune femme de lui donner quotidiennement de ses nouvelles, chose que Gallagher trouvait plutôt… Attachante, pour changer.

Jetant un coup d’œil à sa montre, il interrompit la jeune femme qui était en train de lui raconter ses aventures sur les pistes de ski

« Je dois y aller, il y a cette histoire de course… »
« Ah! Oui! Le racing nocturne! »
« Ouais c‘est ça »
« Ok! Je t’embrasse… Tu me manques, Adam »
« Toi aussi »

Reposant le téléphone sur la table de chevet, il alla enfiler une veste par-dessus son pull-over, appréhendant quelque peu cette histoire de course. Pourquoi avait-il accepté de faire ça, déjà? Il avait déjà passé les deux jours précédents a faire des marathons équationnels qui lui avaient mit une pression incroyable, mais là, les voitures, c’étaient pas exactement son truc.

« Mais c’est pas exactement des voitures, Adam »

Avait tenté de le rassurer un de ses camarades. Et comme un con, il avait accepté.

Il sortit de sa chambre, et se retrouva assez rapidement à l’extérieur. Un vent glacial lui gifla la joue : putain de lac, putain d’Irlande. Malgré ses espaces magnifiques, et tout le reste, il préférait carrément Cambridge. Enfin, il y faisait moins froid. Moins de dépaysement. Etc.

Allumant une cigarette, parce qu’il s’était remit à fumer depuis environ un mois, il se dirigea vers les drapeaux qui s’élevaient à quelques mètres de lui.

« Hey, mec, on attend plus que toi! »

Hop, avant même qu’il ait pu comprendre ce qui lui arrivait, il se retrouva derrière le volant d’un des petits bolides, un casque sur la tête, et la cigarette confisquée.

« Bon, t’as des questions? »

On lui expliqua rapidement la marche à suivre. Ça n’était pas très sorcier. Cinq minutes plus tard, les voitures étaient en ligne, les micros étaient en marche, on ne lésinait pas sur les dépenses, visiblement. Pourquoi? Parce que d’après un type, c’était l’épreuve préférée de Qiang Xanda. Ah ouais, c’était pour ça qu’il avait accepté, parce que si il gagnait, il était sûr d’entrer dans les favoris du doyen de Cambridge Trinité. Et pour un garçon qui avait commencé à piquer des voitures à 14 ans, il n’y avait rien de moins facile que d’évoluer sur un circuit avec des véhicules en excellent état.

N’est-ce pas?

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Ven 7 Nov - 23:54

Jardin gelé du château d'Ashford 19h55
Température 0°c
Etat de Kenzie Stewarts : pré-suicidaire.


« Vous n’êtes pas sans savoir que les Olympiades du château d’Ashford viennent certes ouvrir la saison hivernal, mais pas seulement ! Car oui plus qu’une vulgaire compétition entre Université du Royaume-Uni, les Olympiades du château d’Ashford sont également considérées comme étant l’une, si ce n’est LA manifestation annuel qui réunis le plus d’enjeux politique, économique et culturel pour nos confréries ! Et c‘est un réel bonheur de..»
« Ahum.. Maira ! »
Les yeux de Kenzie Stewarts se posèrent sur la silhouette de Jamie Nylon, le co-chef des Green venait de tousser bruyamment, à priori assez pressé de mettre fin au discours de Burton.

« Bien sûr, nous nous devons de triompher pour l’amour de la nature, pour nos frères et sœurs absent, pour tout ceux qui ont eut l’honneur de fouler un jour le sol en lattes de bambou de notre sanctuaire mais surtout pour notre honneur ! C’est de notre honneur, de nos… »
« Mairaaa ! » Abboya-t-il.
« Hein que dis-tu doux nuage ? Oui, je crois aussi que Jamie devrait penser à être plus en accord avec la paix qui émane de son être, n'est-ce pas »

Kenzie observait le spectacle d'un oeil caustique, elle se demandait sincèrement quel rapport infime il pouvait y avoir entre elle et des types aussi dégénérés que ces deux là.
La réunion des Green continua encore quelques instant, tandis que le jour laissé place à la nuit tombé.

« L ’important à savoir c’est que le financement budgétaire est revu à la hausse OU à la baisse, en fonction des résultats des confréries aux Olympiades. Et également que l'année dernière les Deta Alpha Pacifia d'Oxford, ont remportés le prix de la confrérie la plus écologique or, tout le monde sait très bien que c'est à nous que cette récompense revenait de droit ! C'est à nous de leur montrer cette année qui nous sommes ! Si nous voulons continuer d’exister, nous nous devons de remporter ces olympiades ou néanmoins collectés le plus grand nombre de points possible et surtout CE PRIX ! J’espère cher Green que vous êtes conscient de l’importante mission qui repose entre vos mains aujourd’hui ! Que vous êtes prêt à vous battre »

« Certes de manière pacifiste »
« Vous battre donc.. »
« Dans un constant respect de vos valeurs.. »


« Gardez la tête haute quoi qu’il arrivera ! Oui, j’ai fais le rêve qu’un jour la planète serait pure.. »

On pourrait résumer la suite par un blah blah blah, puisque de toute manière Stewarts avait fini par abandonner cette bande de taré. Autant a Cambridge, elle avait toujours considérée le fait de vivre chez les Green comme une aubaine, autant depuis leur arrivé en Ireland, la devise amour et paix était à des années lumières de son état d'esprit actuel. Ils semblaient tous avoir perdus tout sens de la rationalité, ce qui en devenait réellement anéantissent d'un point de vu psychologique.

Elle avait entendu parler d'une course de voiture, bien que les green ait refusé de participer à cette compétition puisque foncièrement contre ce genre de "démonstration publique visant à promouvoir le prolétariat et la pollution climatique", l'américaine avait tout de même décidée d'y assister, d'autant plus qu'Alexey qui était miraculeusement encore son petit ami - et on peut bel et bien parler de miracle compte tenu du record de longévité que comptabilisé cette relation - . Elle roda autour de la ligne de départ, mais lorsqu'elle essaya de repérer une voiture rose à pois bleu, qui aurait pu susceptiblement appartenir aux teu-pu de Cambridge et dans laquelle aurait pu se trouver le russe, le départ fut lancé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Sam 8 Nov - 1:51

Alors pourquoi, alors qu’il était en passe de prendre la première position, il se retrouva coincé entre deux voitures. Il faisait quoi, maintenant? A chacun de ses mouvements, on s’arrangeait pour le coincer, et au moment où il s’apprêtait à enfin les dépasser, il arriva quelque chose d’assez flippant.


Tu m’étonnes.



Heurtant la voiture qui était à sa gauche, il fut projeté sur le coté. Et puis heurta la barrière de protection ce qui, par le truchement de la logique, entraîna l’envol du véhicule d’Adam Gallagher.


« …mais que ce passe-t-il, il semblerait que le numéro 3 a un problème! Regardez ce que fait sa voiture! »


Et bam. La voiture finit par retomber sur le sol dans un bruit de taule assez flippant. Les mains toujours crispées sur le volant, Adam regarda autour de lui. C’était fini? Bon, c’était vrai que compte tenu du fait qu’il n’était plus exactement dans l’axe de gravité idéal (notez qu’il avait la tête en bas), on pouvait dire que la voiture avait terminé sa course.


« Adam! Tu vas bien? »
« Ouais, ouais… »
« Ok, bouge pas, on va te sortir de là! »
« Il semblerait que le pilote du véhicule numéro trois est toujours conscient! Oh… Mais voilà qu’il tente de s’extirper de la voiture! Des applaudissements s’élèvent du public car oui, le véhicule a atterri sur la ligne d’arrivée! Il sort, repousse les infirmiers qui sont venus lui porter secours, et… »


Et soudain, tout devint étonnamment flou autour de lui.
___

Quatrième jour des Olympiades, 8h00

Adam se redressa brusquement, en sueur, réveillé par un cauchemar dont le souvenir s'était évaporé aussitôt que le jeune homme avait ouvert les yeux. Wow. Terrible, ce sentiment de terreur, lorsqu'on ne savait pas ce qu'on craignait, n'est ce pas?

Repoussant le drap, le jeune homme regarda autour de lui, s'apprêtant à se lever.

« Restez où vous êtes! » s’exclama une voix de femme, de l’autre coté du rideau blanc qui entourait le lit, avant de faire irruption devant lui, repoussant les rideaux d’une main aux ongles rouges d’une longueur qui rappelait des griffes au jeune homme.
« Je vais bien… » répondit-il en passant une main lasse dans ses cheveux.
« Aucun effet secondaire? Aucune nausée? Mauvais rêves? »
« Non »

Menteur
, lui chuchota une voix intérieure. Mais que voulez vous, le jeune homme avant tellement envie de se tirer d’ici, qu’il aurait raconté n’importe quoi.

« Vous avez eu beaucoup de chance, Monsieur Gallagher, un tel accident aurait pu vous coûter la vie. Ces confréries n’ont vraiment aucun sens du risque! »

Devant le regard insistant du jeune homme, elle finit par lâcher :

« Bon, allez-y, je sais très bien que vous n’avez qu’une hâte, c’est d’aller voir la suite des épreuves! Mais attention, ne faites rien de physique pendant une semaine, et allez consulter votre médecin traitant à Cambridge! »

Mais avait-il un médecin traitant? C’était une chose dont il était moins sûr. Se levant enfin, il se dirigea vers la porte, lorsque…

« Monsieur Gallagher! »

Son sang ne fit qu’un tour. Merde, il était grillé.

« Votre blouson! » Les épaules crispée le jeune homme attrapa la veste qu’elle lui tendait, et se dirigea vers la sortie. Une fois à l’extérieur, il eut un moment de doute quand à l’endroit où il devait se diriger. La veille, il n’avait pas été exactement capable de se rendre compte de ce qui lui arrivait, et encore moins de l’endroit où on le conduisait.

Bon, il lui faudrait aviser…

C’est ainsi qu’une demi-heure plus tard, le jeune homme parvint enfin à quitter le labyrinthe administratif, et à traverser le parc, se laissant guider par les lieux qui lui rappelaient deux ou trois petites choses.

Fouillant dans les poches de la veste qu’on lui avait rendue, il tomba sur un paquet de cigarettes… Vide.

Bon…

Le problème, c’était qu’à présent qu’il s’était mis en tête de fumer, il n’avait plus que ça à l’esprit. Ça, et deux ou trois autres petits trucs… Mais bref.

Il avisa au bout de quelques minutes une jeune femme qui marchait assez rapidement.

« Euh… Excuse moi? »

La jeune femme s’arrêta et… Le toisa. Il eut le sentiment d’avoir fait une bourde, mais en même temps, fut étrangement content de la voir sans pour autant savoir pourquoi. Un léger sourire, presque instinctif apparu d’ailleurs sur le visage du jeune homme, alors qu’il demandait :

« Par hasard… Tu n’aurais pas une cigarette? »

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Sam 8 Nov - 3:35

Stewarts était entrain d’observer la course d’un œil soupçonneux. Elle c’était lancée dans un débat d’idée avec un type qui s’était présenté à elle comme étant un élève d’Oxford. C’est nous ou depuis qu’elle était chez les green, elle avait vu naître en elle des revendications politique beaucoup poussées qu’à l’accoutumé ? Ah moins que se soit l’influence d’un certain Alexey sur son éducation ?

« Sérieusement, sous prétexte que quoi ? Qu’une poignet de vieux croûtons guindés a décidé d’imposer cette épreuve comme symbole de la perpetualité d’une tradition archaïque des Olympiades d’Ashford, tout le caractère hautement illégal d’une telle pratique sportive passe soudainement sous silence ? Tu vois, ce qui me dérange c’est pas tant la course, mais le fait que si toi et moi ont décide pour délirer d’organiser une course comme celle-là sur une Avenue de n’importe quelle ville, on sera automatiquement embarqués ! Si on part du principe que ces mecs ont un pouvoir de suprématie sur nous, ça peut aller très très loin. Prends la drogue par exemple, suffirait que l’un de ces connards se prennent de passion pour la consommation de stupéfiant pour que se soit légalisé dans les facs ? En vérité, tu vois, tout le système est régis par une sale bande de démago hypocrite ! Et nous au lieu d’agir, on se contente de jouer les pions, comme si qu’on était les moutons d’un énorme système dont ont.. »

Elle se stoppa tout à coup.

« …mais que ce passe-t-il, il semblerait que le numéro 3 a un problème! Regardez ce que fait sa voiture! »

Il se passait visiblement quelque chose qui n’était pas prévu, mais de là où elle se trouvait, elle ne pouvait pas bien observer la scène.

« Il semblerait que le pilote du véhicule numéro trois est toujours conscient! Oh… Mais voilà qu’il tente de s’extirper de la voiture! Des applaudissements s’élèvent du public car oui, le véhicule a atterri sur la ligne d’arrivée! Il sort, repousse les infirmiers qui sont venus lui porter secours, et… »

Une brusque tension nerveuse se dispersa à l’intérieur de son organisme, si bien qu’elle ressentit une douleur qu’on aurait pu comparer à une énorme balle de tennis bondissant encore et encore dans son estomac. Elle avait eut l’impression que le temps filait au ralenti, sans prêter aucune attention au type avec lequel elle était entrain de discuter à cette seconde même, Kenzie se dirigea en courant vers la ligne d’arrivé. Une gigantesque foule de personnes était réunie autour des voitures échouées sur la ligne d’arrivé, Kenzie bouscula pas mal de gens afin de se frayer un chemin mais à mi parcours elle tomba sur une petite brune des Amaryllis caméra à l’épaule dont le visage lui était étrangement familier. Elle se précipita sur elle.

« Excuse-moi ! Excuse-moi ! Doris c’est bien ça ? Dis moi, est-ce que tu sais, si Alexey était dans l’une de ces voitures je le… »

Avant même qu’elle n’eut l’occasion d’achever sa phrase, le jeune homme apparut à une dizaine de mètres d’elle. Même si l’américaine se voulait de paraître au maximum indifférente dans ses relations avec les individus, elle ne pourrait pas nier qu’elle avait eut vraiment très peur pour Somerled.
La voix du commentateur se fit de nouveau entendre.

« Il semblerait que le garçon à bord de la voiture 3 soit un dénommé Hunter Hoffmann, membre de la confrérie Xanda Luminaere de Cambridge. OH ! Il semblerait qu’il vienne de faire un malaise ! Il est évacué sur une civière, on espère que c’est plus de peur que de mal ! En tout cas grâce à ce brave garçon les Xanda Luminaere totalise 60 points de plus ! On a ici une belle preuve de sacrifice, de cet Hunter, c’est un beau geste de loyauté. Ses partenaires peuvent être fier de lui »


Sauf qu’il y avait eut une petite erreur, puisqu’Hoffmann n’ayant pas pu prendre le départ pour une raison insoupçonné, il avait été remplacé par Gallagher à peine trente minutes avant le coup d’envoi. Vous pensez que Kenzie aurait eut l’air aussi paniquée à l’idée que se soit lui dans la voiture et pas Alexey ?
*****

Quatrième jour des Olympiades, 8h00


Le problème avec cette histoire d’Olympiade c’est que si à priori cela avait été présenté aux yeux de tout le monde comme l’occasion de faire une gigantesque pause récréative dans un merveilleux château en Ireland, comprenant tout les éléments de confort possible et inimaginable pour passer la plus monumentale semaine de l’année, la vérité c’est que tout ceci n’était qu’un misérable mensonge ! Que dis-je une affreuse conspiration ! Oh, ça oui.. Le château et sa résidence comprenait suffisamment d’activités capable de faire tourner les têtes de nos charmants étudiants, encore aurait-il fallu que leurs têtes aient le temps de se décrocher des équations et autres surmenages intellectuel et sportif. Pour Stewarts, cette semaine c’était juste l’équivalent d’une semaine à Alcatraz ! Levé aux aurores, sa mission aujourd’hui était une sorte de fil rouge, elle devait déambuler dans tout la résidence du château - qui comprenait pas moins d’une dizaine d’hectares- et de vendre un maximum de pots de miel possible. A la fin de la journée, les chiffres seraient comptabilisé et comparés à ceux des autres confréries qui devaient également vendre toutes sortes de godies propre à la leur. Six heure du matin, pour vendre du miel par moins deux degrés ! C’était quoi leur problème à tout ces tarés ? Elle avait bien tenté de faire le fil rouge miel buissonnier mais Jamie Nylon - ou le type le plus névrosé chez les Green- c’était fait un malin plaisir de venir dénicher chaque green un à un de leur chambre et de les mettre sur le marche - si on peut se permettre la métaphore, en cette heure avancé -
Bref, elle était là emmitouflée dans un large manteau, armée d’un bonnet, écharpe et moufles et d’un merveilleux panier en osier plein de jolie petit pots de miel, déjà prête à assassiner la moindre personne lui adressant la parole..

« Euh… Excuse moi? »

Chouette, sa victime venait de se dénoncer. L’américaine se retourna l’air définitivement plus lassé qu’en circonstance normal. Oh non, pas lui.. Elle regarda les flocons de neiges tombés d’un air mauvais, les accusant probablement d’avoir quelque chose à voir dans cette rencontre inadéquate.
Précision qu’elle avait franchement l’air d’un bonhomme de neige habillée comme ça et qu’elle aurait vraiment pu prendre cela comme de la moquerie, si elle avait été assez attentive pour noter son sourire niais.

« Par hasard… Tu n’aurais pas une cigarette? »

Elle haussa les épaules, ne remarquant même pas le sourire déconcertant qu’affichait le type en face d’elle.

« Sans doute.. Tu veux du miel ? » Le ton était foncièrement froid

Parfaitement c’était un deal !
Du miel contre une cigarette. Parait qu’ils avaient le sens des affaires dans sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Sam 8 Nov - 4:25

Vous vous doutez bien qu’un Gallagher en parfait état de fonctionnement (comprendre, qui n’avait pas souffert la veille d’un accident d’auto), n’aurait pas manqué de souligner cet épisode comme étant un des énièmes plans foireux de son existence. Mais le fait est que si l’on retournait quelques heures en arrière, au moment, où, pour être précis, il avait rouvert les yeux après avoir perdu quelque peu connaissance, à minuit précise, soit quatre heures après avoir vécu le black-out de l’accidenté, il avait été on ne pouvait plus étonné de voir, au dessus de lui, un fichu plafond blanc qui lui était totalement inconnu. Et puis, deux, non, trois visages, qui se penchaient au dessus de lui. Et, immédiatement, le jeune homme n’avait eu qu’une envie, c’était de se tirer d’ici, envahi par une espèce de sentiment d’angoisse. Oh, Gallagher serait allergique aux hôpitaux?

« Vous savez, je doute qu’il s’en sorte sans séquelles, imaginez qu’il souffre d'un mal indécelable à l'oeil nu, d'une hémorragie» avait sorti l’infirmière aux ongles rouges aux types qui l’accompagnaient et dont le jeune homme ne parvenait pas à se souvenir des prénoms. « Je pense, qu’il faudrait tout de même appeler l’hôpital de Cong, histoire qu’il passe quelques tests » « Ce garçon va très bien! Il serait ridicule qu’il gâche son séjour ici sous prétexte que vous avez des ‘doutes’! Gallagher, vous allez bien, n‘est-ce pas? »
« Oui, je crois que ça va… »

C’est vrai qu’en fait, il ne pensait pas être en quelque façons atteint, si ça n’était peut-être un fichu mal de crâne et peut-être même de dos…
Mais à cette minute précise, tout ce qu’il pensait, c’est que c’était vachement embêtant de ne pas réussir à situer quelqu’un qui avait l’impression de connaître. Bon, peut-être pas. En tous cas, elle n’était pas exactement avenante à son égard…

« Du miel? »

Son regard glissa sur les mains de la fille. Ou plutôt ses moufles, qui tenaient un panier en osier, plein de petits pots de miel.

« Euh… mais tu vas genre chez ta mère-grand? »

Nan mais… Bon, ça n’était pas parce qu’Adam Gallagher ne reconnaissait pas Kenzie Stewarts qu’il cessait d’être Gallagher. On se souvient de l’individu hyper social du lycée? Ben voilà, c’était le genre de boutade qu’il était tout à fait capable de sortir à n’importe quel moment de la journée.
Comme maintenant. Mais en fait, on ne pouvait pas vraiment être sûr que c’était une boutade, et, d’ailleurs, compte tenu du nouveau regard assassin dont il fut gratifié, il enchaîna, tout en cherchant dans les poches sa veste :

«
Désolé, je crois que j’ai pas un penny sur moi… »

Oh, parce que tu serais près à payer un pot de miel à une nana que tu ne connais même pas en échange d’une vulgaire clope? Tu n’aimes même pas ça, le miel!

Ah ouais, c’était un détail qui lui était sortit de l’esprit. Mais en même temps, cette nana avait l’air un peu sur les nerfs, elle avait pas dû en vendre beaucoup…

«
Pourquoi tu fais ça, au fait? »

_________________
icon:oiwai@lj


Dernière édition par Adam Gallagher le Sam 8 Nov - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Sam 8 Nov - 15:47

Du miel.. Oui, du miel. Cette substance sucrée produite par les abeilles à partir de fleurs ou du miellat des pucerons qu’elles récoltent et entreposent dans les alvéoles de la ruche. Du miel, produit de ces petites abeilles domestiquées. Du miel, tout simplement DU MIEL !
Elle se contenta de détourner le regard. Sérieusement, revoir Adam Gallagher après ce qu’il s’était passée il y à un mois et demi était suffisamment écoeurant mais bien sûr il avait fallu que se soit le jour où elle nous faisait un remake de la petite vendeuse d’allumettes de surplus ?!

« Euh… mais tu vas genre chez ta mère-grand? »


L’américaine se retourna sourcilleuse. Attendez voir, elle rêvait ou il se fichait ouvertement d’elle et en public? Et où était passé le marché hein ? Vous savez celui-là même qu’ils avaient passés de manière inconsciente et qui voulait qu’il s’ignore mutuellement jusqu’à la fin de leur existence ?! Elle lui décrocha un regard à en faire pâlir le frère de Zeus, maître des enfers, époux de Perséphone : Hadès - ne faites pas attention en cette période d’Olympiade tout est prétexte pour faire travailler un peu sa culture personnelle -

Lorsqu'il expliqua qu'il n'avait pas d'argent...
Elle attrapa un pot de miel et lui envoya en pleine tête.. Non, ça c’était ce qu’elle s’était vu faire dans une vision de recherche de sa catharsis et de purgation de ses pulsions, mais bien entendu elle n’allait pas gâcher un nectar aussi précieux à 12£ le pot rien que pour apprendre à ce crétin à ne pas lui faire perdre de temps. Là à six heures, repéré vieille dame, victime potentiel d’une attaque de pots de miel, Kenzie parviendrait bien à lui en vendre cinq ou six, si elle prenait suffisamment sur elle pour afficher son plus jolie sourire, non ?

«
Pourquoi tu fais ça, au fait? »

Alors qu’elle commençait à se diriger vers la vieille dame, elle tourna le visage vers Gallagher. C’est elle, où le jeune homme essayait de la jouer ami ami ? Peut-être bien qu’il était passé outre l’animosité exprimait lors de leur dernière entrevu.. Elle s’arrêta alors.

«
Tiens, attrapes-les. Les cigarette sont dans la poche latérale de mon jean. »

Elle ne pouvait pas les atteindre avec les moufles et le panier ça va de soi et elle n‘avait pas non plus l‘intention de perdre de vu sa proie potentiel à savoir la vieille dame. Déconnez pas, elle ne sortait en rien le drapeau blanc, mais elle préférait lui donner les cigarettes plutôt que d'avoir à supporter une tentative hypocrite et intéressée de créer une conversation superflue.
Une fois le paquet extirpée, elle se remit en marche et à distance de la femme, lui attrapa le bras et se lança dans un petit spitch marketing absolument divin… Stewarts avait trouvée sa voie : le baratinage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Sam 8 Nov - 17:05

Nan mais sérieusement, pourquoi les gens étaient près à payer pour du miellat de puceron! Tout ce qui sortait d’un animal aussi vert et suspect que le puceron ne donnait pas particulièrement confiance. Mais les raisons pour lesquelles Adam Gallagher n’était pas friand de miel dépassaient la barrière des origines de ce met. C’était tout simplement trop sucré, agressif, et ambré. Le miel avait tout de suspect, que ce soit le goût ou la couleur, et en plus, chose non négligeable, le miel provoquait chez le jeune homme des… ew… plaques rouges sur le ventre. Du moins, c’était ce qu’il avait pu découvrir étant petit garçon, et il n’avait jamais voulu réitérer l’expérience.

Adam fut tiré du fond des tréfonds de sa pensée par la réponse de la jeune femme :

« Tiens, attrapes-les. Les cigarettes sont dans la poche latérale de mon jean. »


Oh, ben finalement, elle s’avérait être plus sympa qu’elle en avait l’air… Explication? Le froid, peut-être. Et la corvée de devoir vendre des pots de miel alors que ça n’avait pas l’air d’être, genre, sa vocation.

S’approchant, d’elle, donc, puisqu’elle venait gentiment de lui ordonner, il glissa la main dans la poche de la jeune femme, attrapa avec plus ou moins de facilité le paquet qui s’y était égaré. Étonnant qu’une telle proximité l’intrigue autant, pourtant, il n’était pas du genre à se laisser intimider par une fille, si? Peut-être que c’était dû à son mal de crâne, ou un truc du genre. D’autant plus qu’elle n’avait pas l’air particulièrement perturbée, elle, trop occupée qu’elle était à observer une vieille femme qui passait par là, comme un loup aurait guetté sa proie…

D’ailleurs, aussitôt le paquet récupéré, elle se précipita vers la personne âgée, alors que lui, sortant puis allumant une cigarette, observait la scène d’un œil curieux.

Et, parce que lui avait décidé qu’elle serait sa proie (après tout, n’ayant pas le droit « d’observer les olympiades », dont il se fichait pas mal, il fallait l’avouer, il fallait bien qu‘il s‘occupe), il ne put s’empêcher, de venir mettre son grain de sel dans la conversation, compte tenu de l’air effarouché que venait d’arborer la cliente cible, au moment précis où elle avait vu cette grande fille blonde aux moufles lui bondir dessus avec son sourire carnassier.

« Ce que cette si gentille fille essaie de vous dire, Madame, c’est que non seulement le miel qu’elle vous vend aidera ses amies les abeilles à obtenir une ruche digne de ce nom, mais qu’en plus, ce fantastique produit vous rendra le teint de vos vingt ans! » Lui lançant un clin d’œil, il précisa : « Non que vous en ayez besoin, je dois l’avouer »

Et oui, Gallagher n’avait-il pas passé quelques mois à vendre des trucs divers et variés à des femmes avides de compliments, lorsqu’il était à… Euh… à Liverpool? Mais était-ce à Liverpool? Le jeune pâlit, se rendant soudain compte que quelque chose n’allait pas. Pourquoi avait-il l’impression qu’il manquait deux ou trois petites choses dans sa base de données?
Compte tenu du fait que la vieille femme au manteau rose, venait de sortir son carnet de chèques, et n’ayant plus vraiment envie de jouer, il bredouilla, tout en glissant le paquet de cigarette dans le panier d’osier de la blonde :

« Bon je… euh… Sur ce, je crois que je dois y aller »

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Sam 8 Nov - 20:42

« … et saviez-vous qu’Hypocrate, -le plus grand médecin de l’antiquité - disait que l’usage du miel conduisait à la plus extrême vieillesse ? Il le prescrivait même pour combattre la fièvre, les blessures, les ulcères et les plaies purulente ! Il vous permettra même de perdre deux ou trois kilos, assorti à votre tea-time puisqu’il contient que 84 calories pour 20g.. Pensez-y. Pensez-y. »

A la réflexion Kenzie Rose Stewarts n’avait probablement pas le bagout nécessaire pour devenir une business woman. Et vu le visage dérouté qu’arborait à présent la pauvre femme, - qui en à peine deux phrases s'était fait traiter de vieille momie, purulente en léger surpoids - ce n’était sans doute pas dans la vente de miel que Kenzie Rose Stewarts apporterait son assistance aux pari écolo des Green. Mais après tout qui pourrait la blâmer si les gens se foutait des multiples bien faits, intérêts nutritionnels et usage thérapeutique du miel, hein qui ?! Que ce Jamie Nylon et sa bande de cinglé lobotomisé aille se faire voir. Elle jetait l’éponge.
D’ailleurs son unique cliente de la matinée était entrain de se faire la belle malgré tout les efforts que l’américaine avait recueillie pour avoir l’air douce, pure et sympathique.

« Vieille peau de vache. » Marmonna-t-elle pour elle-même dans un sourire crispée.

Déconfite Stewarts était sur le point de désespéré au moment où…

« Ce que cette si gentille fille essaie de vous dire, Madame, c’est que non seulement le miel qu’elle vous vend aidera ses amies les abeilles à obtenir une ruche digne de ce nom, mais qu’en plus, ce fantastique produit vous rendra le teint de vos vingt ans! »

Il lança un clin d’œil, façon golden boy : « Non que vous en ayez besoin, je dois l’avouer »

Adam Gallagher était intervenu. Et on aurait facilement pu lui attribuer la palme du meilleure enjôleur, si cette catégorie avait existée dans la compétition.
Kenzie se rapprocha de lui et chuchota pleine d‘exaspération.


« Gallagher ! Pourquoi est-ce que tu as fait ça ?! J’avais la situation parfaitement en main. Il faut que tu arrêtes de penser que dès que tu passes quelques part, toutes les filles tombent dans le panneau et se perdent dans des grand et beau yeux bleu ! Elle..»

Elle s’interrompit sous le choc manifeste : la vieille venait de sortir son carnet de chèque.

« Oh après tout. Vous avez sans doute raison. Mettez m’en sept jeune homme. »

Elle accompagna le geste d’un sourire taquin adressée à Gallagher. Et on était loin du genre de sourire taquin qu’aurait pu vous faire votre grand-mère, si vous voulez savoir.

A croire qu’il suffisait que ce garçon ouvre la bouche pour que tout détentrices de chromosomes XX disent amène à tout ce qu’il disait ? Et ce même si cela aller en l’encontre de toutes les valeurs que prônaient la cause féminine ? Tout le monde ! Même cette cinquantenaire qui aurait qu’on se le dise largement pu être sa grand-mère !

« Bon je… euh… Sur ce, je crois que je dois y aller »

S’il croyait qu’il pouvait partir comme ça, après ce qu’il venait de faire..
Bien que le geste soit dégradant pour la cause féministe etcetera, la seule et unique chose qui avait de l’importance aux yeux de Kenzie c’est qu’elle avait en main un chèque de 84 £ à l’ordre des Green.

« Non attends ! C’est vrai qu’on avait convenu de s’éviter après ce que.. Enfin tu vois ce que je veux dire. » Elle réajustât son bonnet sur ses oreilles. « Mais.. »

Mais comment faire en sorte qu’il reste et qu’il l’aide à vendre ces saletés de pots de miel…

«
Et je suis la dernière personne à vouloir changer cette close du contrat entends-le bien. Mais je suis une fille définitivement exceptionnelle et comme je t’ai sauvée la mise avec le gosse au début de l’année et que tu me devais après cela une faveur monumentale, disons juste que je te donne l’occasion de t’affranchir de tes dettes. Non, ne me remercie pas Gallagher, pas de ça entre nous. »
Elle se posta devant lui, défiante.

« Écoutes moi bien, tu ne peux pas, me laisser ! Je te l’interdit ! C’est pas une question mais un ordre. Il y a 99% de probabilité que je me transforme en glaçon et que je serve de statut dans les jardins de Buckingham Palace avant que je n’arrive à écouler ce stock de miel ! Or, j’ai vraiment besoin d’écouler ce stock de miel car si c’est pas le cas il y 99% de chances pour que ma tête serve de décoration sur le mur de Jamie Nylon, dans la rubrique « faille du système écologique » .. »

Mettons la perte de son sens logique et sa légère crise « d’hystérie » sur le compte de la température atmosphérique descendante.. Elle parue soudainement plus calme.

«.. Et le fait est que pour une raison qui me dépasse, il s’avère que tu arrives beaucoup mieux à faire ce truc là que moi. J’ai besoin de toi sur ce coup…
»
On aurait définitivement tout vu, Kenzie Stewarts solliciter l’aide de Gallagher..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Sam 8 Nov - 22:02

Adam n’avait qu’une hâte, et c’était de détaler d’ici. Pour aller où? Euh…dans sa chambre? Il devait bien avoir une chambre, dans cet endroit immense où les fenêtres étaient si larges qu’elles pouvaient tenir au moins cinq Gallagher debout côte à côte? Bien sûr, qu’il en avait une. Ouf. Il le savait et s’en souvenait. Bon, tout allait bien, ça n’était pas parce qu’il était incapable de ne pas se souvenir de l’endroit où il était pourtant persuadé d’avoir vendu des trucs bios au prix exceptionnellement élevé, qu’il en était pour autant malade. Hein? Mais ça n’était pas que ça…
« Gallagher ! Pourquoi est-ce que tu as fait ça ?! J’avais la situation parfaitement en main. Il faut que tu arrêtes de penser que dès que tu passes quelques part, toutes les filles tombent dans le panneau et se perdent dans des grand et beau yeux bleu ! Elle..»

C’est-ce qu’elle lui avait chuchoté, alors qu’il sortait de manière aussi naturelle qu’un soupir, des phrases on ne pouvait plus convaincantes sur un produit qu’il ne supportait pas lui-même. Le compliment, l’avait fait sourire, alors qu’il embrayait sur le teint de la vieille femme au manteau rose, mais aussi autre chose. Elle l’avait appelé par son nom de famille… Elle le connaissait donc? Déjà que ce sentiment d’affection qu’il ressentait à l’envers de cette nana le gênait presque, car il paraissait déplacer les limites du simple besoin physique, mais se rendre compte qu’elle n’était pas une fille lambda rencontrée au coin d’un couloir à des kilomètres de son domicile, mais quelqu’un qu’il connaissait visiblement. Et qu’il avait oubliée.

En même temps, Gallagher, ça n’est pas la première fois que tu oublies une de tes ex.


Soit. Mais cette dernière n’avait pas l’air d’agir comme si ils étaient euh… Des ex.

Avançant à grands pas, n’ayant qu’une envie, celle de poser ses idées à plat, il fut néanmoins rattrapé par la blonde :

« Non attends ! C’est vrai qu’on avait convenu de s’éviter après ce que.. Enfin tu vois ce que je veux dire »

Non. Il ne voyait pas. Pas du tout. Ils avaient couché ensemble? Il avait oublié une avec laquelle il avait couchée et faisait l’erreur de la draguer à nouveau? Mais il était bête ou quoi?

« Non, on devait avoir raison»

Il continuait à marcher alors qu’elle parlait toujours, lorsqu’elle lâcha les mots suivants :

«
Et je suis la dernière personne à vouloir changer cette close du contrat entends-le bien. Mais je suis une fille définitivement exceptionnelle et comme je t’ai sauvée la mise avec le gosse au début de l’année et que tu me devais après cela une faveur monumentale, disons juste que je te donne l’occasion de t’affranchir de tes dettes. Non, ne me remercie pas Gallagher, pas de ça entre nous. »

S’arrêtant net, il se tourna vers elle : de quel gosse elle parlait? Il bossait dans un bar, était étudiant à Cambridge, et rien de ce qu’elle lui disait ne lui rappelait quoi que ce soit.
Mais de quoi elle parlait? Ils avaient un enfant? Et quelle faveur? Il fallait avouer qu’Adam se sentait particulièrement perdu. Peut-être que l’infirmière aux griffes disait la vérité. Peut-être qu’il aurait dû passer des tests…

«
.. Et le fait est que pour une raison qui me dépasse, il s’avère que tu arrives beaucoup mieux à faire ce truc là que moi. J’ai besoin de toi sur ce coup…
»

C’était si convaincant qu’Adam, si il avait eu la moindre idée de ce qu’elle était en train de lui raconter, aurait pu accepter sur le champ. Au lieu de cela, il demanda l‘air gêné, en passant la main dans ses cheveux :

« Euh… écoutes je veux pas te vexer mais je ne sais pas de quoi tu parles. » Il s’appuya contre le mur le plus proche, et poursuivit : « Pas du tout. Tu me confonds peut-être avec quelqu’un d’autre… Euh… » Il n’osait pas lui demander son prénom, par peur de la froisser. Comprenez qu’une gifle aurait été fort peu recommandable pour cesser son mal de crâne.

« Et même si l’idée de passer du temps avec toi ne m’est pas désagréable, je… »

Il faut que je voie quelqu’un que je connaisse, bordel!
Mais personne ne lui venait à l’esprit. Achille n’était pas du voyage. Qui alors? Le sentiment cruel de n’avoir personne sur qui il pouvait compter à l’esprit lui serra le cœur… Putain, il y avait bien quelqu’un, non?

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Dim 9 Nov - 16:09

« Euh… écoutes je veux pas te vexer mais je ne sais pas de quoi tu parles. »

Bien sûr que ce connard n’allait pas accepter, puisque c’était un connard et que comme tout connard, il n’avait aucun sens du mot sympathie.

« Pas du tout. Tu me confonds peut-être avec quelqu’un d’autre… Euh… »

En vérité, elle ne savait pas ce qui l’avait poussée à faire ça, est-ce que vous pensez sérieusement que Mohamed Ali, se serait un jour étalé par K.O sur le ring, devant Sonny Liston alors qu’il savait pertinemment qu’il avait la force nécessaire pour gagner le combat ?
Et bien qu’on se le dise : N.O.N.
Non, parce que Liston était sans doute le boxeur qui filait le plus d’urticaire à Ali et que le champion qui était en lui ne lui aurait jamais fait un tel honneur ! Jamais, il n’aurait agit d’une manière aussi déplorable. Jamais.

A cette minute précise, le sentiment qu’éprouvait Kenzie était difficile à décrire. La jeune fille se sentait comme un vieux boxeur qui se serait pris la plus grosse claque de sa carrière. Le problème c'est que lorsque vous étiez un boxeur, vous étiez préparés à tous les coups, si bien que vous ne ressentiez plus la douleur. Préparée à tous sauf à ça. Qui donnait une claque à un boxeur ? Qui ? C'était carrément de l'anti-jeu arrivé à ce niveau là ! Réellement, elle ne s'attendait pas à ça, pas venant de lui. Elle aurait volontier préférée un crochet du droit ! Un coup de point cela impliqué une volonté de votre adversaire de vous faire tomber, cela faisait mal certes mais pas tant que ça. Vous en tiriez que des marques superflu qui finissait tôt ou tard par s’ estomper. Oui, Kenzie aurait amplement voulu qu’il l’insulte comme d’habitude, qu’il lui dise qu’il ne voulait pas l’aider tout simplement parce qu’elle était la fille la plus exaspérante et invivable qu’il connaissait, qu’il lui dise qu’il la détestait.. N’importe quoi, mais qu’il agisse comme l’aurait fait ce Gallagher qu’elle connaissait. Pas celui qui.. Là, il ne jouait plus.

Elle le regarda sans émotion, aucune. Elle n’avait jamais remarquée à quel point une claque était douloureux. Loin d’être un exercice de style, c’était quelque chose de lâche, froid, impersonnel. Aucune trace physique de la douleur profonde qu’en prenait l’estime de vous-même.
Kenzie était une professionnel en matière de dissimulation de sentiments humain, ces trois dernières minutes elle avait dédoublée sa concentration pour paraître au mieux indifférente, froide et impersonnel.
Elle retira ses gants, coinça une cigarette entre ses lèvres et l'alluma de manière lancinante, aspira la fumée, s'en y prendre goût. La colère avait chassait le plaisir.

« Et même si l’idée de passer du temps avec toi ne m’est pas désagréable, je… »
Elle la recracha dans son visage de manière inconvenante et pueril.

« Ne joue pas à ça avec moi Gallagher. Je te préviens ne joue pas à ça, si tu ne veux pas que mon poing se retrouve sur ta figure ! »

Elle avait parlée avec colère et emportement. Les mots s’étaient extirpés de sa pensée sans sa réel approbation et son poing s'était étrangement contracté.

Elle ne supportait pas qu’il se comporte avec elle, comme si elle avait était l’une de ces énièmes poupée Barbie qu’il se tapait une fois par mois et avec lesquelles il s’amusait a faire des minauderie de play boy à deux dollars. Mais merde, qu’il aille se faire voir !
Sans plus attendre, elle se dirigea vers le hall de l‘hôtel et grimpa les marches du vaste perron.

« Kenzie, il y a déjà Bhö et Jordan qui se charge de ventre le miel dans le... STEWARTS OU EST-CE QUE TU VAS ?! TU..
»


« Mais putain, allez vous faire foutre toi et ton miel Jamie !
»


dit-elle sans élever la voix, indifférente en lachant le panier à ses pieds, tandis qu'elle continuait sa route à l'intérieur.
Elle se foutait bien que cet enfoiré de Jamie Nylon soit content ou non. Elle était loin d’être le genre de fille à se laisser dicter sa conduite et elle ne vendrait pas ce putain de miel, un point c’est tout.
Plus la colère montait et plus elle devenait vulgaire, même en ne le voyant pas depuis près de deux mois, Adam Gallagher parvenait toujours à la mettre hors d’elle. Brave garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Dim 9 Nov - 21:10

Adam Gallagher ou comment froisser un esprit féminin sans le vouloir. Et sans savoir comment. Si il y avait quelqu'un de confus, c'était bien lui. Il avait bien fait de ne pas acquiescer à ce qu'elle lui disait, n'est ce pas? Euh... Mec, théoriquement, ton job, c'était d'éviter de vexer le des gens, hein? Pourtant, ça n'était pas la première fois qu'il se retrouvait face à ce genre de situation. Rien ne l'aurait empêché d'agir avec plus de... Tact. Au lieu de ça, rien. Il fallait dire, que contrairement à la plupart des filles avec lesquelles il avait couché, justement, le visage de la jeune femme ne lui disait rien. Mais elle le connaissait, c'était évident, et, ne serait ce qu'à la manière qu'elle avait de lui parler, il savait qu'il aurait dû réagir autrement, si... Enfin, tout revenait au même point. Si il ne lui manquait pas une case, littéralement.

La jeune femme, qui, pendant qu'il parlait, avait entreprit d'allumer une cigarette, lui recracha la fumée au visage d'une manière qui marquait, clairement, son mécontentement.

« Ne joue pas à ça avec moi Gallagher. Je te préviens ne joue pas à ça, si tu ne veux pas que mon poing se retrouve sur ta figure ! »

Putain, il fallait qu'on vous dise. Non, parce que là, vous ne vous en rendiez sûrement pas compte... Mais imaginez cinq secondes que quelqu'un que vous n'aviez jamais vu, venait vous hurler dessus en paraissant s'attendre à une réaction particulière. En paraissant outré que vous ne vous exclamiez pas d'une manière où d'une autre. C'était quoi? Une blague? Elle jouait la comédie ou était tout bonnement cinglée?

En tous cas, cinglée ou pas, elle paraissait plutôt bouleversée.

C'est ce qu'on aimait chez lui. Son sens de l'observation, n'est-ce pas?


Bon. Vous voyez, deux options s'offraient à lui. La première, se tirer rapidement, retrouver sa chambre et ne pas la quitter jusqu'à ce qu'ils retournent à Cambridge. Il avait mal au crâne, c'était incroyable. Bien évidemment, toute personne dotée d'un cerveau et accessoirement d'un sens de la logique lambda serait retournée à l'infirmerie, histoire de régler tout ça. Avoir des médicaments, s'arranger pour savoir si cet espèce de point d'interrogation qui semblait s'agrandir autour de lui était dû à l'accident (dont il ne se souvenait pas grand chose, il fallait l'avouer), ou si c'était normal, si tous les éléments agaçants de son existence paraissaient s'être concertés pour apparaître en même temps. Mais le problème était, rappelons le, qu'il flippait carrement de se retrouver dans une grande salle blanche, pleine de lits, et de... Tout le reste.
La seconde, courir après cette fille. Évidemment, c’est-ce qu’aurait fait tout gentleman, mais Adam était loin d’en être un. Et si elle était cinglée, elle et ses pots de miel, il ne voyait pas ce qu’il pouvait faire pour elle si ça n’était entretenir sa folie. Peut-être était-elle en train de faire le coup à quelqu’un d’autre, là, à cet instant précis.

Ou peut-être pas.

Parce qu’il avait prit sa décision, cet abruti. Déjà dans les escaliers, il l’entendit hurler :

« Mais putain, allez vous faire foutre toi et ton miel Jamie !
»

Visiblement, elle était vraiment, vraiment agacée. Ça n’était pas un jeu d’acteur… A moins qu’elle soit particulièrement douée. Il l’avait blessée, et qu’il sache ou non pourquoi, ça n’était pas une raison pour la laisser comme ça. Si ça n’avait pas été elle, en plus… Mais là, comment pouvait-il encore avoir une chance avec cette fille si il se l’était genre mis à dos dès le début? Et comment pouvait-il avoir oubliée quelqu’un comme ça?
Il passa d’un pas rapide devant un type bourré de tatouages., et l’entendit grommeler :

« Mais c’est quoi son problème à celle là? Elle sait très bien que le miel est la seul manière de… » Blablabla, blablabla… si vous croyez sérieusement qu’il avait prit la peine d’écouter… « Toi, t’es pas un green, t’as rien à faire ici! » Sans déconner. Il avait rien demandé, en plus. Si il marchait assez vite, peut-être que l’autre finirait par l’oublier.

« Kenzie! Attends! » s’écria-t-il soudain, alors qu’il la voyait tout en haut de ce fichu escalier. Vous savez, le genre de truc en marbre qui mesurait des kilomètres de haut?
Non, il ne s’était pas soudain souvenu de son prénom. Il avait juste entendu le type d’en bas le gueuler, un peu plus tôt. Kenzie… Kenzie… pourtant, c’était pas un nom particulièrement banal. Mais rien. Doesn’t ring a bell.
D’ailleurs, si ils avaient étés dans une comédie musicale, peut-être que le jeune homme se serait mis à chanter tout en gravissant les marches : « Je ne comprends que nenni, mais je ne veux pas te voir sortir de ma viiiie ». Au lieu de ça, remercions le ciel, il se précipita à sa suite. Jusqu’à ce que…

Clac!

Au moment où il arrivait devant la porte derrière laquelle venait de s’engouffrer la jeune femme, cette dernière lui claqua au nez. Oh, si elle s’enfermait, ça n’était plus vraiment équitable.
Tapant du point à la porte, il dit alors :

« Ecoute, je suis désolé » Moment de doute. Pourquoi il était désolé, au fait? Il avait rien fait. « Tu sais, quoi que tu puisses me reprocher, si j’étais vraiment coupable, je serais pas planté devant ta porte… » Aucune réaction. « Si tu m’expliquais en détail de quoi tu parlais, quel gosse,… Pourquoi je te suis redevable… Ok, j’ai oublié. Tu peux m’en vouloir pour ça. Mais euh… sincèrement, je ne l’ai pas fait volontairement. Et je t’ai aidé à vendre ton miel, tu me dois bien ça, non? » Oui, ce qui était bien, avec le Gallagher sans arrières pensées, c’était qu’il sortait tous les arguments qui lui venaient à l’esprit, dans le but sincère de s’excuser. Mais peut-être que ça n’allait pas continuer longtemps. Ce qui était étonnant, c’est qu’il était parfaitement calme, pour une fois. Aucune raison d’en vouloir à Kenzie Stewarts. Vivent les pertes de mémoires… Profites, Gallagher, des dernières minutes durant lesquelles tu ignores cela. Profites…

« Bon, c’est vrai, j’avoue qu’il faut être vraiment débile pour oublier une fille comme toi. Mais… »
« Tiens, je te l’avais dit, il est là! »
« Ah effectivement, Jaimie. N'est-ce pas le type de la course d’hier? »
« Tu as regardé la course? Tu as cautionné cet acte de destruction accélérée de la planète? »

Oh. Tiens. Le type aux tatouages et une autre nana venaient de débarquer. Et visiblement, ils avaient envie de le faire dégager… Enfin, peut-être. Pour le moment ils étaient en train de… se disputer.

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Lun 10 Nov - 20:33

La chose qui était certaine, c'est que lorsque Kenzie Stewarts était excédée par quelque chose, il ne faisait pas bon de trainer dans son collimateur.

N'allez pas vous imaginez n'importe quoi, elle n'était pas tant en pétard que ça, d'ailleurs la new-yorkaise n'avait rien à reprocher à Gallagher en soi, si ce n'est peut être le fait qu'il s'était ouvertement payé sa tête en faisant comme s'il ne l'avait jamais connu. C'était de bonne guerre. Elle aussi avait fait en sorte de l'ignorer littéralement à chaque fois qu'il s'était recroisés sur le campus. Bien entendu, ces fois là avait été minimes, puisque Stewarts s'était à chaque fois débrouiller pour ne pas se retrouver là où elle savait que cet imbécile serait et restons honnête, le fait que ce crétin se soit mis à sortir avec ni plus ni moins que la française de colocataire de Straw - la un peu trop pétillante Cara - n'avait pas vraiment favorisé l'action de s'éviter et n'avait fait que compliquer les choses. En redoublant de prouesse, elle était tant bien que mal parvenu à ne plus jamais revoir Gallagher, mais on se souviendra néanmoins de cette fois, où elle était arrivée dans sa chambre et où elle les avait surpris dans une position assez gerbante. Suffisamment gerbante d'ailleurs, pour lui faire faire des cauchemars durant au moins une semaine. Sérieusement. Elle s'était tout de même contentée de récupérer son sac et de se tirer sans un regard ni pour l'un ni pour l'autre, faisant comme si de rien n'était. Après tout, il n'y avait aucun mal à ce qu'ils baisent. Ils étaient un couple, c'était bien ce que tout les couples faisaient, copuler non ?

D'accord, elle et Alexey n'avait toujours pas passé ce cap mais le fait est qu'elle ne couchait qu'avec les gens qu'elle n'avait pas envie de laisser entrer dans sa vie en général, des être insignifiant qui une fois l'acte passé devenaient tout d'un coup rébarbatif à ses yeux et dénués d'intérêt. Or, elle tenait à Somerled et avait peur qu'une fois qu'ils passent à l'acte, tout ne soit fini. Oui, Stewarts était une fille pleine de paradoxe, mais revenons au moment présent voulez-vous..

Elle avait parcourue rapidement le hall de l'aile droite du château, grimpée les escaliers deux à deux puis s'était perdue dans le dédale de couloir, sans faire attention à ce qui se passait autour d'elle, car beaucoup trop plongée dans ses pensées. Ainsi Kenzie, n'avait ni entendu la remarque de Nylon, ni même remarqué que Gallagher était à sa poursuite.

Ce qu'elle trouvait absolument dingue, vous voulez le savoir ? C'est qu'après le petit dérapage litigieux qui était arrivé entre ce mec et elle après l'épisode Ethan, il n'avait jamais plus était question d'une éventuelle attirance pour ce.. bref, il était en pleine dégénérescence, atrophié et sans doute à moitié aliéné, sans parler de la schizophrénie excessive qu'il semblait développer en sa présence. Atterrissez une secondes, comment est-ce qu'elle aurait pu ne serait-ce prétendre une seconde porter une once d'intérêt envers ce taré ? Ainsi, Stewarts se foutait royalement de la vie d'Adam Gallagher, tout comme elle se foutait royalement qu'il fasse comme si elle n'existait, tout comme elle se foutait que.. A vrai dire, autant s'arrêter là, une fois l'américaine avait établie une liste non-exhaustive de toutes les choses dont elle se foutait et qui impliqué Gallagher et cela avait bien durée une vingtaine de minutes.

Si elle s'était tirée et si elle avait envoyée balader Jamie Nylon dans la foulée, c'était simplement parce qu'elle était du genre bipolaire tout simplement. Ce qui l'avait vraiment mis de mauvaise humeur c'était le fait de s'être levé de manière aussi matinal et d'avoir cumuler aussi peu d'heures de sommeil depuis déjà quatre jour à cause de ces fichu Olympiade. Et quatre jours d'Olympiade cela n'avait rien à voir avec quatre jours de fiesta, si c'était de beuverie monumental dont il avait s'agit, on peut vous assurer que Kenzie aurait largement tenu la route, mais là son cerveau était sur le point d'exploser. Elle ne pouvait rien faire sans qu'il ne lui vienne à l'esprit une masse de formules scientifique, de x² ou de syndrome ionique, atomique ou autres trucs du genre.

Elle avait fini par se perdre dans les couloirs et lorsqu'elle revint enfin sur ses pas après quelques minutes, elle constata un attroupement anormal devant la porte de l'une des chambres...

Elle insista à l'intégralité de son discours. C'était vraiment une scène attendrissante, pour quiconque aurait pu avoir une once de compassion et de cœur mais qu'on se le dise ce n'était pas vraiment le genre de Key. Postée derrière les deux Green, elle observait la situation, mains dans les poches arrières de son jean, se félicitant vraiment d'être arrivé à ce moment là. Il y avait un on de sait quoi d'assez pervers dans ce rôle de spectatrice quasi omnisciente. Elle ne comprenait pas franchement ce que ce mec fichait, mais en vu de son discours, il y avait deux chances contre une que cet idiot pense que c'était elle, qui était à l'intérieur de cette pièce.

« Bon, c’est vrai, j’avoue qu’il faut être vraiment débile pour oublier une fille comme toi. Mais… »

Elle haussa un sourcil. De quoi est-ce qu'il voulait parler ? Il y avait vraisemblablement un truc qui ne tournait pas rond chez lui maintenant qu'elle y réfléchissait bien.

Burton et Nylon qui était pour changer en pleine exercice d'insulte Nietzschéenne, venait seulement de percuter de la présence de Gallagher.

«Jamie, tu sais qui à dis 'méfie-toi de tous ceux en qui l'instinct de punir est puissant' ? Je ne te le répetterais jamais assez... »
« Ecoutes il a également dis que parmi toutes les variétés de l'intelligence découvertes jusqu'à présent, l'instinct est, de toutes, la plus intelligente ! »
« Hmm..Dexter ne semble pas approuver ta requête..»
Elle parlait sans doute du truc, posé sur son épaule et auquel elle lança[un regard à l'animal sur son épaule, une fouine ou raton laveur.. Kenzie n'avait jamais réussie à vraiment définir ce qu'était ce truc.

«Tiens, je te l’avais dit, il est là!»

Sans blague ? Précision tout de même qu'ils étaient au bout du couloir donc derrière lui depuis bien deux minutes eux aussi... Vive le temps d'atterrissage, et dire que c'était entre les mains de ces deux cinglés qu'elle était livrée, elle roula des yeux soupirante.

« Ah effectivement, Jaimie. N'est-ce pas le type de la course d’hier?»

« Tu as regardé la course? Tu as cautionné cet acte de destruction accélérée de la planète? »

« Attendez-voir, comment ça Gallagher à participé à la course ? » intervint-elle brusquement, oubliant sans doute le temps d'une seconde qu'elle n'était pas supposée être là.

Les trois visages se tournèrent vers elle, la dévisageant.

« Ne me dis pas, que c'est toi le crétin qui a fait exploser sa voiture quand même ? Oh, bien sûr que si.. C'était toi ! Mais t'es complètement débile ma parole ? T'aurais pu y laisser ta vie, quelle idée de vouloir jouer les Speed Racer si tu ne sais même pas te servir correctement de ton cerveau. »

D'après ce qu'elle avait entendu, ce type avait été fortement amoché. Tout s'éclairait à présent, cela justifié et son comportement bizarre et les quelques égratignures qu'il avait sur le visage. Si seulement, elle avait été plus attentive, Kenzie aurait pu s'en rendre compte avant mais encore aurait-il fallu qu'elle sache qu'Adam était dans l'une des voitures ! Quel pauvre type, mais quel pauvre !

Euh.. une minute, vous nous expliquez au juste pourquoi est-ce qu'elle lui hurlait dessus ? Ne nous dites pas que Stewarts, se fessait du soucis pour lui, n'est-ce pas ?

C'est vrai, peut-être qu'elle s'inquiétait peut être pour lui mais, elle en aurait fait autant s'il avait s'agit de n'importe qui d'autre. Oui, même pour ce rat de bibliothèque d'Andersen... Bien sûr.

«Mince mais circulez tout les deux ! Vous ne voyez pas qu'on est genre occupés ? Vous n'avez pas du miel à vendre ou une mouette avec laquelle parler ?» lâchat-elle sur un ton plein de condescendance.

C'était assez violent. Le moins que l'on puisse dire c'est que cette fille avait du caractère et pas des moindres.
Après tout, à notre décharge, ils ne pourront pas dire, qu'ils n'avaient pas été prévenus : mieux ne valait pas se retrouver dans le collimateur de cette enragé lorsqu'elle dans un état pareil.

Sans sourciller et bien que Nylon l'avait mauvaise, l'autre fille parvint à argumenter suffisamment pour qu'il laisse Gallagher en paix, au moins le temps dix à quinze minutes du moins. A présent Kenzie le guetter d'un œil accusateur.

« T'as perdu la mémoire ? » demandât-elle enfin.

En soit c'était rassurant qu'il l'ait oublié. Ou peut être pas finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Lun 10 Nov - 23:04

Si Adam avait été conscient de la présence de la jeune femme dans son dos, inutile de vous dire qu’il se serait abstenu de cet étalage de sa conscience. Bon, ok, peut-être pas, mais en tous les cas, il le lui aurait dit en face. Inconscient, d’abord, d’avoir été comme qui dirait affiché devant public, le fait de se retrouver en face de deux cinglés qui se disputaient et qui étaient parvenus, d’une manière inexplicable, à se disputer derrière lui bien avant qu’il en prenne conscience. Eux non plus, d’ailleurs, n’avaient pas notés sa présence, comme si tout le monde était plongé dans une bulle hermétique qui ne concernait qu’eux.

Le monde était bien égoïste, n’est-ce pas? Les gens ne se connaissaient plus, c’était le moins que l’on puisse dire. Ils étaient ensemble, à moins d’un mètre les uns des autres, et parlaient pour eux même.
Dit le narrateur à qui on avait rien demandé…

Ouais. Soit. S’attendant à des représailles de la part des deux greens, il ne put assister qu’à la suite de leur dispute, en spectateur silencieux, tentant de ne pas se faire remarquer, et avec une pensée, une seule, celle que, peut-être, entre temps, cette fille nommée Kenzie finirait par ouvrir la porte. Elle n’en n’eut pas besoin :

« Attendez voir, comment ça Gallagher à participé à la course ? »


Le jeune homme sursauta. Vous en auriez fait autant : quelqu’un que vous croyiez sincèrement ne plus revoir et qui se trouvait, en fait, derrière vous, voilà quelque chose de particulièrement effrayant. Ne plus revoir, parce qu’il était persuadé qu’elle n’allait pas ouvrir la porte. Parce qu’une fille qui vous balançait sa fumée au visage, et pouvait obtenir la satisfaction de savoir que vous lui courriez après n’était sûrement pas du genre à ouvrir la porte au type qui était assez con pour l’avoir suivie quand même. C’est-ce qu’il venait de réaliser, seulement maintenant. Et heureusement car sinon, il n’aurait pas été là.

«
Ne me dis pas, que c'est toi le crétin qui a fait exploser sa voiture quand même ? Oh, bien sûr que si.. C'était toi ! Mais t'es complètement débile ma parole ? T'aurais pu y laisser ta vie, quelle idée de vouloir jouer les Speed Racer si tu ne sais même pas te servir correctement de ton cerveau.
»

Et maintenant, il se faisait engueuler. Ça lui paraissait étrangement familier, cette situation, mais il en arrivait à la seule conclusion qu’elle était belle, et bien cinglée (ah ah, le jeu de mots, vous trouvez pas?). Quand elle hurlait, en effet, le jeune homme ne pouvait pas détacher son regard de ses lèvres. Ou plutôt si, il passait de sa bouche qui hurlait des choses sans doute peu agréables, à son regard, qui s’était obscurci. Forcément, si il l’avait déjà rencontrée, il s’en serait souvenu. Certitude, quand tu nous tiens…

« Kenzie. N’avions nous pas tous décidé de boycotter ce film qui non seulement n’a pas daigné remplir le cota d’une plante verte par scène mais qui, en plus, pousse, tout autant que ces Olympiades, à la pollution de notre environnement? » Lâcha la brune, visiblement contrariée.
« Ce garçon n’a eu ce qu’il méritait, c’est vrai, si il n’était pas monté dans ce véhicule, il est évident qu’il… »
«Mince mais circulez tout les deux ! Vous ne voyez pas qu'on est genre occupés ? Vous n'avez pas du miel à vendre ou une mouette avec laquelle parler ?»

Il fallait avouer que leur intervention était des plus inappropriée dans le décor de retrouvailles qu’était celui de leur conversation

D’ailleurs, les deux jeunes gens commencèrent à nouveau à grommeler. Discussion durant laquelle Gallagher crut se sentir visé. Entre deux citations Nietzschéennes. Et puis, ils finirent par tourner les talons, emportés dans une discussion impliquant le réchauffement de la planète. Le couple en devenait fascinant, tant ils paraissaient prendre plaisir à se disputer.

« T'as perdu la mémoire ? »

Le jeune homme parut hésiter quelques secondes. Mettre des mots sur ce qui paraissait presque une évidence rendait la chose assez… Flippante.
Il eut un sourire gêné :

« Tu sais… Je ne pense pas que, sous prétexte que je ne me souviens pas t’avoir déjà rencontrée, on puisse dire qu’il s’agisse d’une perte de mémoire… » Bon, ok, ça pouvait être vexant. Mais bon. Il n’allait pas non plus admettre avoir oublié sur quelle partie du globe il se trouvait il y avait à peine six mois. C’était juste une coïncidence. Il lui était arrivé bien pire que ça, hein? Bon.

Oui, ok, les mauvaises langues pouvaient dire que Gallagher était têtu. Mais bon, admettre une réalité aussi saugrenue n’était pas de son ressort. Un type qui perdait la mémoire était sensé avoir des bandages plein la tête et être allongé sur un lit d’hôpital, non? (Notons encore, au passage qu’il préférait mourir que d’être allongé sur un lit d’hôpital. Ça n‘était donc pas une référence.) Lui n’avait que mal au crâne.

« Et puis, c’est sûr que si ça date du temps où j’étais à Liverpool… » C’était le seul moment qu’il avait pu éventuellement avoir oublié. Mais bon, ça aurait voulu dire qu’elle l’avait vu comme gamin débraillé et finissait par se souvenir de lui, le Gallagher aux antipodes de celui d’autrefois? Tiré par les cheveux. Mauvaise foi, le jeune homme, mais en même temps, c’était compréhensible.

Mais non, trop pas. Elle se chargea de lui rappeler que leur dernière rencontre était relativement récente. Palissant à nouveau, il glissa les mains dans les poches, se soumettant à cette incroyable vérité. Ou pas.
Si il avait dû oublier quelque chose, que son inconscient ait effacé Devlin Gallagher, Liverpool et tout le reste! Pas… elle!

« Tu sais quoi? C’est… C’est débile. L’infirmière m’aurait jamais laissé sortir si ça avait été le cas » Notons que l’infirmière n’avait fait qu’obéir au doyen, comme tout le monde… « Et quand bien même, ça ne changerait rien, puisque je n’ai aucune intention d’y retourner »
« Tu veux pas qu’on parle d’autre chose? Tu n’as qu’à me parler de toi, puisque j’ai visiblement oublié » Il insista sur le dernier mot. Non, il n’était pas aussi insouciant que l’indiquait son visage et d’ailleurs, le sourire qu’il arborait était beaucoup moins enjoué que les précédents. Peut-être même qu’il sonnait faux. En fait, il flippait grave. Ça n’était pas n’importe quoi, de perdre la mémoire (si était qu’il croyait à cette hypothèse), mais il faisait comment pour la récupérer?

« Tu veux bien me donner une autre cigarette, Kenzie? »

J’ai perdu la mémoire, j’ai perdu la mémoire
… Si ça c’était pas le pire plan foireux de son existence… Enfin, il le croyait. Enfin, peut-être.

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Mar 11 Nov - 16:31

Les yeux de l’Américaine se plissèrent venant ainsi refléter son agacement pour le moins manifeste. Son regard fila sur les deux Green qui s’en allaient dans un florilège d’insultes destinés à eux-mêmes. Sérieusement, elle se demandait bien comment deux personnes pouvaient gaspiller autant de temps et d’énergie à se disputer à longueur de journée, c’était assez dingue, d’autant plus que tout le monde hormis eux c’était rendu compte depuis belle lurette que tout cela c‘était ni plus ni moins la cause d‘un refoulement d‘un amour partagé de manière mutuelle. Si Stewarts, ne s’y connaissait pas en relation sociale, elle n’en demeurait pas moins une excellente analyste des conflits - Oui, enfin lorsque cela ne la concernait pas - .
Plus elle les observait et plus elle se disait que les gens étaient parfois d’une insanité..
Mais quoi qu’il arrive ce n’était pas son problème.

L’unique chose capable de l’intéresser un tant soit peu à présent et dont elle pouvait modérément se réjouir c’est qu’elle était à la fois parvenu à se débarrasser d’eux et de leur satané miel ! Le fil rouge ayant été foutu aux oubliettes, elle avait devant elle une journée libre de toute obligation à s’accaparer .


Elle reporta à présent son attention sur Gallagher, ses yeux se déposèrent dans les siens, elle se rendit alors compte qu’il lui parlait, mais puisqu’elle avait fait abstraction de la moitié de son discours, ce qu’il disait était pour elle du charabia.
Il avait une manière absolument bizarre de la regarder, c’était vraiment pas net.
Quoi qu’il en soit, son inconscient décida de ne pas l’écouter d‘avantage, de tout manière elle n’avait pas la force de concentration nécessaire pour tenter de saisir ses bribes de pensées illogiques et c’était un mec si égocentrique et personnel qu’il n’avait même pas ne serait-ce capté un instant qu’elle ne l’avait pas écouté.
Il n’y avait pas à dire qu’il soit ou non victime d’une perte partiel de sa mémoire, il conservait tout de même la totalité de sa défectuosité.

« Tu veux pas qu’on parle d’autre chose? Tu n’as qu’à me parler de toi, puisque j’ai visiblement oublié »

Ses muscles se raidirent. Euh.. Non, mais attendez. Il ne pouvait pas faire ça, cela aller à l‘encontre de toutes règles déontologique. Même le fait de presque coucher ensemble cela n’avait impliqué une chose aussi.. Bizarre. Et pourtant dieu sait, si cela avait atteint des pontes de bizarrerie suffisamment louche.

Enfin bref,
Stewarts paru tout à coup mal à l’aise, vous ne comprenez pas ? C’était très grave. Elle bascula le visage légèrement de côté et regarda Adam comme s’il avait s’agit d’un animal s’étant fait écraser sur le rebord de la route, agonisant, sur le point de mourir. Vraiment, c’ était tout juste si elle ne lui avait pas donné une tape sur l’épaule d’un air compatissant avec en guise un : « Mec, je t’aimais bien tu sais. »
De puis le jour où elle avait rencontré Adam Gallagher, en année de terminal au lycée d’Harper et depuis les trois ans qu’ils se connaissaient maintenant, un truc pareil n’était jamais et on dit bien JAMAIS arrivé, alors il y avait bien de quoi en perdre son sens pratique de la logique. Sérieusement, ils ne pouvaient pas faire ça ! Tout mais pas ça… C’était dégoûtant. Elle grimaça, confuse.
« Euh.. Parler. De.. » elle s’interrompit. Le pire c’est qu’il affichait un sourire débile, de garçon gentil et heureux et courtois. Oh, s’en était vraiment trop peu supportable. Réagissez !
Elle sortit les cigarettes de sa poche et lui tendit le paquet.

« Tu sais quoi ‘Adam’ » fit-elle en eurk.. Elle se mordilla la lèvre dans un signe de désabrobation totale d'elle-même.
Toutes déontologie, on l’avait dit. Ils ne s’appelaient pas par leurs prénoms merde, c’était dans les règles !

« Gardes les. Je te les… offres ». Prononça-t-elle en se retournant

Il fallait qu’elle parte très rapidement de là, ils avaient carrément débarqués dans la quatrième dimension et elle s’attendait à voir débarquer Anakin Skywalker et son armée de Jedi à n’importe quel moment.
Elle était à présent arrivé au bas des escaliers, prêtes à sortir dans les jardins lorsqu’elle eut soudain une idée. Le mieux qu’elle puisse faire, pour ne pas avoir à revivre un épisode fantomatique de la guerre des étoiles, c’était qu’il retrouve rapidement la mémoire. Soit. Elle était prête à l’aider pour se faire, si cela impliquait qu’elle ne revive plus une telle séquence dans sa vie, alors c’était ok. Elle remonta rapidement les marches et se stoppa juste avant d’atteindre le premier pallier.

« Gallagher, amènes toi ! »

Elle lui attrapa le poignet et l’entraina dans les escaliers.
C’était son unique chance. Et ça avait plutôt intérêt de fonctionner ! Arrivé devant la porte arrière, elle s’arrêta constatant que la neige avait eut le temps de rouvrir le sol d’une couche d’une dizaine de centimètre. Qu’importe elle, sans réfléchir elle l’entraina avec elle dehors.

« Allez, viens… C'est que de la neige. » Elle soupira, la journée risquait d’être longue. Très, très longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Mar 11 Nov - 17:52

Bon, ok. Gallagher, rends toi bien compte que cette fille est une perte de temps. Quoi qu’elle fasse ici, ça n’est sûrement pas elle qui pourra t’aider, et tu ne pourras sûrement pas obtenir d’elle ce que tu veux… Ben quoi, c’était un garçon. Gallagher était un spécimen de sexe masculin, et comme chacun savait, rien ne pouvait détourner un XY de ses problèmes, si ça n’était le problème originel. Or, il était de notoriété publique, ou du moins personnelle, que le jeune homme était particulièrement attiré par cette Kenzie. Pas besoin de vous faire un dessin. Mais elle, non seulement paraissait beaucoup trop préoccupée par l’éventualité, que, peut-être il aurait perdu la mémoire, et, contrairement à ce qu’aurait fait toute fille normale (je me permet de souligner ce mot), elle ne l’avait pas enlacé avec une affection emprunte de compassion en lui offrant de lui donner son corps pour le consoler, mais en plus, l’avait engueulé. N’importe quoi.

Et maintenant, elle le regardait comme si il avait été un animal de foire. Il se demanda soudain quelle avait pu être leur relation avant qu’il ait prétendument perdu la mémoire? Était-ce un truc étrange du genre, entretient d’une relation pseudo fraternelle, ce qui expliquait cette manie qu’elle l’avait de l’appeler par son nom de famille?

« Tu sais quoi ‘Adam’ »

Comme par hasard, hein. Mais bref. Peut-être qu’elle était genre sa pote. Et alors, cette attirance s’expliquerait par une certaine forme d’amour qu’Adam avait refoulée et qui ne ressortait que maintenant?
Bordel, si c’était ça, alors il avait été vraiment con. D’ailleurs, c’était pour ça qu’il n’était pas du genre à devenir pote avec un membre du sexe féminin : parce que ça finissait toujours mal.

Cette théorie lui paraissait tout de même quelque peu saugrenue : mais ça aurait expliqué pourquoi il avait refoulé un tel sentiment. Lui, souffrir en silence pour l’amour d’une fille… Euh, ça ne s’était jamais vu. Même si la fille en question était cinglée, généralement, il préférait les éviter, justement.

« Gardes les. Je te les… offres ».
« Cool » Il sourit en attrapant le paquet, et une clope vint immédiatement se caler entre ses lèvres. Tandis qu’il l’allumait, la jeune femme avait filé. Littéralement. Ok. S’approchant de la rambarde de l’escalier, il se pencha pour la voir courir, comme si elle fuyait genre un monstre. Imaginez les points d’interrogation qui apparurent au dessus de sa tête, alors que sa main venait donner à son système nerveux la nicotine dont il avait besoin. Et donc, il finirait donc la journée dans sa chambre avec une boîte d’aspirines, puisqu’il venait de se faire littéralement abandonner.

« Gallagher, amènes toi ! »
« Personne t’as jamais dit que tu étais cinglée? » Lâcha-t-il d’un ton amusé alors qu’il dévalait les escaliers, entraîné par la jeune femme.

Mais elle ne lui répondit pas, l’entraînant vers la sortie. Dehors, la neige avait tout envahi, et le jeune homme eut quelque réticences à s’y jeter à pieds joints. Mais elle l’entraîna tout de même.

Il sentit le froid envahir ses vêtements.

« Tu m’expliques l’intérêt de… ? »

Paf, il reçu une boule de neige en plein visage. Froid. Très froid. En plus, ça avait éteint sa cigarette, tombée dans la neige.

« Non mais ça va pas, Stewarts?! »

Il s’interrompit en se rendant compte qu’il avait appelé presque instinctivement la jeune femme par son nom de famille. Or, ça n’était théoriquement pas son genre, même si, certes, il avait pu l’entendre à plusieurs reprises un peu plus tôt, le type au tatouages n’ayant cessé de le répéter.
Mais ça virait un peu trop séance de psychanalyse à deux balles à son goût, quand même.

« On aurait peut-être mieux fait de continuer à vendre du miel »

Et puis… Pof, il tomba en arrière, dans la neige. Oh, rassurez vous, il n’était pas inconscient, mais après tout, à lui aussi de taper sur les nerfs de cette fille. Et en plus, c’était plutôt apaisant de voir le ciel gris au dessus de lui, et sentir la neige se glisser dans son cou.

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Mar 11 Nov - 19:56

Cinglé ? Sans doute l'était-elle un minimum pour sacrifier quelques heures de son temps libre si précieux pour aider un imbécile à se souvenir du fait qu'ils étaient loin d'entretenir une relation de franche camaraderie. Forcément, il y avait mille et un moyen nettement moins contraignant et sans doute plus rapide de rappeler à Gallagher, qu'elle et lui n'avait jamais fait la paire, oui sauf que Kenzie Stewarts avait un dont inné pour se compliquer les choses. De toute manière, il n'y avait pas un chat dans ce fichu château de disponible pour passer son temps, puisque tout le monde semblait n'avoir qu'une chose en tête se résumant en trois mots : Gagner les Olympiades. Même Alexey avait été extrêmement rare dans les parages, depuis qu'ils étaient arrivés en Irlande.

Lorsqu'elle franchit le seuil de la porte, une douzaine de Xanda vêtu de leur traditionnelle Duffle Coat noir à écussons passèrent devant Gallagher et elle, laissant derrière eux, une vague de prétention et de condescendance assommante.

Heureusement, qu'elle était une jeune femme mature de vingt ans, car la violente envie d'attraper une boule de neige et de l'envoyer en plein dans leur cortège lui brûlait les doigts, au lieu de cela elle alla se caler contre un sapin, observant patiemment sa missive percuter violemment le visage de sa pauvre victime.

« Non mais ça va pas, Stewarts?! »

Elle plissa des yeux, et se mordilla la lèvre inférieur, retenant un sourire d'allégresse. Voyez comme il était simple de récupérer ses bonnes vieilles habitudes lorsqu'on y mettait un soupçon de bonne volonté.

Elle se contentât de l'observer, réfléchissant déjà à la suite des hostilités.

« On aurait peut-être mieux fait de continuer à vendre du miel »

Il venait de percuter le sol. Tombant comme raide mort.
Il y avait un on ne sait quoi de naïf et d'insouciant qui se dégageait de lui en ce moment là, qui avait assez marqué l'américaine. C'était curieux de le voir agir de la sorte, alors que d'habitude il avait l'air si grave et si tenaillé en toutes circonstances. Du moins, pour sa part, elle ne l'avait jamais vu autrement que comme un être définitivement tourmenté et qui ne savait pas prendre autrement qu'avec plein de sérieux. A chaque fois, qu'elle l'avait croisé par le passé, il avait l'air de jouer sa vie , c'était complètement grotesque et hors de propos pour une fille aussi inconséquente et désinvolte qu'elle. C'était peut-être là, le problème profond qu'il y avait entre Gallagher et elle, cette divergence d'opinion sur la manière de vivre sa vie.

« Ou peut-être pas. » elle quitta le dessous de son arbre et lui tira les jambes le trainant avec difficulté dans la neige.

Qu'est-ce qu'elle faisait ? A vrai dire, elle n'avait pas pensée à un plan particulier mais elle avait dans la vague idée de simplement l'énerver jusqu'à ce qu'il se mette suffisamment hors de lui pour se souvenir qu'il la détestait... Sauf qu'elle venait de trébucher lourdement contre la racine d'un arbre cacher sous la neige. Le temps d'une ou deux secondes, elle ne comprit pas vraiment comment elle avait attérie sur lui, elle se depecha de rouler sur le côté. Ecartant les bras, elle regarda le ciel sans pensée à grand chose.

« Tu sais.. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'on est pas vraiment amis tout les deux. A vrai dire, dès mon arrivé en terminal à Harper, ça avait mal commencé. Oh bien sûr si tu n'avais pas tourmenté ce pauvre Andersen durant notre exposé de littérature, je ne me serais assurément jamais souciée une seconde d'un type aussi décérébré que toi ! Mais on a failli décrocher un B à cause de toi, puisque le petit intello s'est mis à bégayé. Ce jour là tu venais de signer la guerre Gallagher, bien entendu tu ne te doutais pas t'être attaqué à quelqu'un d'aussi coriace que moi. Les New-Yorkais ont la réputation d'être des individus dénués de toutes émotions humaines. Froid et carnassier comme la big apple. Ensuite, il a fallu que tu viennes mettre ton nez dans mes affaires, le jour où j'avais en tête d'entrer dans le bureau du directeur, d'ailleurs je me demande bien ce que tu fichais encore au lycée un samedi soir. Et donc, à cause de toi on a été coincé dans un placard de 2m² pendant que Cruiz et la secrétaire d'Harper jouait à touche-pipi.. »

Plus elle parlait et plus l'énervement d'antant commencé à la parcourir.
Rien que de penser à Cruiz et l'autre elle grimaça. Elle continua de regarder le ciel, tentant de déchiffrer une quelconque forme dans la masse de nuage au dessus de leurs têtes. Visiblement, elle était moins douée pour ces choses là que Burton.

«.. Et finalement tu t'es tiré par la rambarde et tu m'as laissé galérer seule, dans ce bureau. Mais j'imagine que tu ne te souviens pas qu'à cause de toi j'ai eu le bras cassé. Tu comprends ? Impossible de devenir amis. D'accord je t'ai peut-être brisé toutes tes chances avec cette élève de première, mais c'est toi qui avais commencé les hostilités mec ! » elle tourna la tête vers lui.

« Oh et sinon, on a aussi été coincé dans un métro à New-York par inadvertance l'été dernier et on a du aider une femme enceinte à accoucher, sous les yeux d'un gamin s'appelant Johny-Romuald.. Mais c' était bien après la fois où on a raté le car par ma faute lors de notre voyage d'étude à Liverpool.. En fait, je sais pas vraiment si c'était ma faute ou quoi, mais le fait est qu'on a tout de même raté le car.»
elle le regarda encore.. Il avait l'air assez déconcerté mais mis à part ça toujours rien.
BON.

« Non, je plaisante. Tu crois vraiment que de telles trucs peuvent arriver, en fait on est marié depuis six mois. D'ailleurs où est ta bague Adam ? »

Après tout, qui avait dit qu'elle ne pouvait pas se payer sa tête une minute ou deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Mer 12 Nov - 0:22

Ça faisait un bail, quand même qu’il avait pas joué dans de la neige. Le temps pourri d’Angleterre était rarement propice à ce genre de débordements, et, Adam étant un rat des villes (en référence à la fable), il avait prit l’habitude de voir la neige à Liverpool se transformer rapidement en une matière sale, gelée et sans aucune épaisseur. Le jeune homme n’eut pas plus de temps pour explorer ces souvenirs hivernaux en profondeur, que déjà il se sentit entraîné par Kenzie qui venait de le choper par les pieds. Pour un peu, et si il n’avait pas eu ce petit problème de mémoire, il aurait cru retourner en enfance, nager dans les vagues de l’insouciance ou tout ce qui importait était de profiter du moment présent. Et encore, il n’en avait autrefois pas profité longtemps. Ses parents, son père, surtout, n’étant pas du genre à apprécier l’insouciance, il avait dû rapidement apprendre à avoir, comme qui dirait, les pieds sur terre.

Contrairement à maintenant. D’ailleurs, la jeune femme perdit elle-même pied et lui atterrit dessus, l’espace d’un instant. Ce fut un moment très étrange, et très bref. Roulant sur le coté, elle entreprit de lui résumer… Ce qui était apparemment supposé être leur vie commune. Et, soit c’était vrai, soit elle avait beaucoup, mais alors beaucoup d’imagination. Mais en même temps…

« Ah ouais, j’me souviens de ce Andersen ! » C’était un épisode particulièrement hilarant de leurs existences. Rappelons tout de même qu’Adam avait alors balancé des boulettes de papier au visage du jeune homme. Sans le faire exprès, bien entendu. « Il était à coté de la corbeille à papier, cet abruti », se sentit-il obligé de précisé pour sa défense, sans pour autant se souvenir que ce dernier avait eu une binôme, et éclata de rire à la description qu’elle faisait des New-yorkais. Il voulait bien le croire, tout ça. C’est vrai qu’elle avait un accent particulier, maintenant qu’il y prêtait attention. C’est sûr que le monde entier avait pigé, mec.

Mais lorsqu’il faisait plus attention à tout ce qu’elle était en train de lui dire, il était évident qu’elle avait des raisons de lui en vouloir. Enfin, si bien sûr il lui avait bien cassé le bras par procuration.

« Oh et sinon, on a aussi été coincé dans un métro à New-York par inadvertance l'été dernier et on a du aider une femme enceinte à accoucher, sous les yeux d'un gamin s'appelant Johnny-Romuald.. Mais c' était bien après la fois où on a raté le car par ma faute lors de notre voyage d'étude à Liverpool.. En fait, je sais pas vraiment si c'était ma faute ou quoi, mais le fait est qu'on a tout de même raté le car.»

Se redressant tel le ressort, il regarda droit devant lui : « Attend… j’ai été à New-York? » ce qui expliquait peut-être comment il avait acquis ces techniques de vente imparables. Ouais.

« Non, je plaisante. Tu crois vraiment que de telles trucs peuvent arriver, en fait on est marié depuis six mois. D'ailleurs où est ta bague Adam ? »

Le regard du jeune homme vira si sombre que son visage en changea complètement. Ah moins que son visage se soit décomposé au point que son regard paraisse sombre. Mais bref. Le fait état que le jeune homme n’aurait pu être plus traumatisé. Non, parce qu’elle venait de lui sortir la phrase d’une manière si euh… Normale…

« Non… Non. C’est impossible. C’est ridicule. Je ne peux pas m’être marié » Pourquoi? Hein, mec? Après tout, si tu avais tant envie de te serrer cette nana, c’était pas pour rien. Ça expliquait tout, même. Si tu avais l’impression de la connaître, c’était parce que vous étiez mariés. Ouais ouais, c’est ça. « J’ai toujours été contre le mariage, je vois pas pourquoi j’aurais fait ça, je suis pas… ». Oh, et soudain, Gallagher avait paru particulièrement bouleversé. Vous voyez, du genre, qui voyait le ciel lui tomber sur la tête. Oh, il ne fallait pas lui en vouloir, aussi, le pauvre, ça n’était pas avec le modèle que lui avaient enseigné ses parents qu’il risquait d’être pour l’union. Enfin, ses parents ne s’étaient justement pas mariés, d’ailleurs, et c’était sans doute la meilleure chose qu’ils aient pu faire ensemble…

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   Sam 6 Déc - 18:22

Kenzie se redressa d'un seul coup, sa main s'était crispée sur le morceau de tissus en dessous d'elle. Elle resta inerte quelques secondes le temps de réaliser ce que..

"Bordel.." murmura-t-elle du bout des lèvres pour elle-même. Ses yeux survolèrent la pièce. Il y avait un truc qui clochait, ce bruit infâme. Elle plaqua la paume de sa main contre son front, sa tête lui faisait un mal de chien. Elle savait bien qu'elle n'aurait pas dû se laisser emporter dans cette espèce de pseudo Rave Party écolo, les trucs qu'elle avait consommée là bas, l'avait littéralement plongée dans un délire digne de
Star Treck. Elle fronça les sourcils, fortement agacée par la pugnacité de cette saleté de rêve. Ou plutôt devrions-nous parler de cauchemar ! Au sens propre, comme au figuré.

Elle attrapa ses draps, plissant les yeux et ménageant ses sens afin de trouver l'origine de ce truc infâme qui était entrain d'altérer la douce mélodie du silence nocturne et de lui piercer les tympans par la même occasion.
La cohabitation avec Cara n'avait jamais figurée comme une partie de plaisir, mais là sincèrement cette saloperie de Française avait dépassée les bornes ! Stewarts pausa ses pieds à terre et se leva du lit, elle parcouru la pièce afin de se rendre à l'autre lit, histoire de pouvoir la secouer.
Sincèrement, il fallait que quelqu'un fasse quelque chose rapidement, et on ne parlait pas du fait qu'on agisse contre ce ronflement mais bien qu'on éloigne Stewarts au plus vite de cette fille là, si les green ne voulait pas se retrouver en gros titre de tout les journaux nationaux avec comme manchette : Une jeune droguée de bonne famille à assassinée sa camarade de chambre ! car oui, sa patience avait dépassée tout les entendements et oui, elle risquait fort bien de finir par noyer cette nana au fond du lac ! Sans blague, ce n'est pas parce que les scénaristes de la série on fait le choix de vous épargner les épisodes, Cara est amoureuse, Cara désinfecte et asperge la chambre d'encens, Cara recoûd les vêtement de Kenzie, Cara repeint la sale de bain en rose fushia, et tout le reste que Cara n'en demeure pas pour le moins une énorme lourdingue fanatique !
Et dire que l'Américaine en regrettait presque sa collocation Harperienne avec Sturguess et Gattina, imaginez-vous un peu à quel point le trouble avait atteint des pontes gravement irrécupérable.

Arrive au lit, Key secoua le corps de la jeune fille. La fatigue et un fort désarois pouvait se lire sans grand mal sur son visage.

"Cara, non d'un chien ! Tu vas te réveiller, tu ronfles comme pourrait le
faire un Orang-outan ! Mais c'est dingue, c'est quoi ton problème ?!"

Et là, le choc fut foudroyant, la masse dans le lit abaissa la couette de
son visage, l'américaine fit trois pas de recule et cogna la commode près de la porte de la salle de bain. Bordel, le cauchemar recommencé, pourquoi Cara avait-elle les traits de Gallagher ?.
Gros plan sur la bouche de Kenzie qui bien magré elle, laissa échaper un
long, mais très très long hurlement..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You're gonna go far, kid   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're gonna go far, kid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ? IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» ? This is the part of me that you're never gonna ever take away from me
» I just wanna live right now. Are you gonna be there for me? (Paxadee)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: Side of The Road -the other- :: Garbage :: Cambridge Trinité & le reste :: Les confréries :: Green Spirit-
Sauter vers: