Duty.com - The Grimsby Experience
Si vous êtes déjà des notres, enjoy. Sinon, bienvenue.
Vous êtes invités à créer votre personnage, et à interagir avec nous dans le flood. La partie RP reviendra bientôt.
En cas de problème, n'hésitez pas à contacter un administrateur, qui se fera une joie de vous répondre.
Have fun, with Duty 3.0
La team.

Duty.com - The Grimsby Experience

Hello Guys. I am watching you, and i want to play. Welcome to Grimsby.
 
AccueilAccueil  DUTY.COMDUTY.COM  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Back street kid | G |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Back street kid | G |   Lun 15 Sep - 3:29

« I'm just another back street kid »



L'américaine était accoudée sur le comptoir d'accueil du Huxley Factory, son regard fasciné par la vitesse à laquelle les particules d'H²0 parvenait à recouvrir la surface de silicium SiO2, convaincue qu' elle ne s'était pas plantée lorsque trois ans plus tôt, elle avait jugée la Grande-Bretagne comme n'étant rien de plus qu'une terre 'boueuses' , 'pluvieuses' et 'ampli de bouseux' dont le peuple était assez attardé pour faire encore toute une ovation à une famille qui n'avait de royale que les prouesses de ses scandaleux héritier au pieu..
- Non, pas qu'elle se soit tapée personnellement l'un des Windsor, ce genre de demeuré tiré à quatre épingles étaient loin de la faire fantasmer.-

Tarés ou pas, le fait est qu'elle, elle était encore là, en Angleterre. Si l'avis de la New-Yorkaise avait mérité une légère réexaminassions en ce qui concerne la notion de 'bouseux' et de son utilisation parfois un peu trop souvent excessive et arbitraire, elle campait en revanche sur ses positions niveau météorologie. A force, elle avait fini par réellement se passionner pour l'observation du climat, les substances chimiques et physique devenaient quasiment une obsession et pour elle à présent chaque occasion était bonne pour potasser ses cours. La vie s'avérait être une grande expérience chimique assez magnétique voir subjuguante derrière ses yeux de scientifique cinglée. A croire qu'elle était enfin victime d'une addiction autres que celle qu'elle avait toujours éprouvée pour les substances illicites en tout genre. Finalement, il s'avérait que la drogue et les médicaments aussi n'étaient rien d'autres qu'une association de molécules hypnotique, un composé biochimique ou naturel qui arrivés au contact des corps organiques produisaient une solution capable d'altérer nos fonctions psychique. Elle avait vite fait d'apprendre que tout était toujours liés, tout avait du sens. Véritablement saisissant..

« Stewaaaarts ! Je te paye pas pour rêvasser ! Regarde en face de toi, nom d'un chien ! Tu crois peut être que c'est moi qui vais venir servir tout tes clients ou quoi ? »
Ca ? C'était Miranda, -une espèce de naine binoclarde à couette rousse qui ressemblait vaguement à une gamine de quatorze ans en pleine puberté- qui venait de passer devant le comptoir en courant. Kenzie ne travaillait ici que depuis seulement vingt trois heures et elle s'était déjà vu faire avaler à cette hystérique la totalité des sachets de pop-corn qui se trouvait dans la réserve au moins une dizaine de fois.. Peut-être que si cette fille s'étouffait avec, elle cesserait de geindre comme une brebis durant une heure ou deux.

Le fait est que si en temps normal, Stewarts lui aurait probablement fait avaler son badge, ainsi que le sien, le fait d'avoir été renvoyée de trois boulots différent en à peine une semaine, lui avait servi d'expérience. A présent, Kenzie savait qu'il ne fallait pas dire à un client d'aller « s'encastrer ses vodka dans le croupe et de s'étouffer avec ! » même si ce dernier vous avez attrapé l'avant bras et susurré des mots à l'oreille de manière racoleuse. Elle savait également que les black sabbath n'était sans doute pas le groupe le plus approprié à choisir en guise de berceuse, sauf si le but recherché était de produire un concerto de pleure et de cris. Tout comme, elle savait également que s'improviser une bataille d'œuf avec quelques « amis » dans l'épicerie dans laquelle vous étiez supposé travailler un soir où vous aviez justement oublié de vous présenter, n'était pas la meilleure chose à faire.

Alors, oui la New-Yorkaise ne comptait pas perdre cet ultime emploi, elle avait encore besoin de son job une heure ou deux, histoire d'au moins battre son propre record une fois, avant de ne lâcher définitivement l'éponge et vendre son âme au diable. Comprenez, ce dont vous avez envie.

Ainsi, pour unique réponse aux piaillements de Miranda, Kenzie se contenta de visser sa casquette E.T sur la tête, d'attraper un pot de pop corn vide, de le fourer dans le grand bac face à elle et d'encaisser les 3£50 que lui tendait le gosse muet et mille fois trop petit pour atteindre le comptoir. Attendre son heure de rédemption, voilà une bonne idée. Quoi qu'il arrive, elle s'en fichait puisque cette peau de vache, avait fini étouffer sous une montagne de soda dans sa récente hallucination.
Les regards assassin à l'envers de Kenzie fusaient de toutes part et la dizaine de clients posté devant elle commençaient à s'impatienter.

-Ouai, c'est vrai ça.. Vous êtes payés pour quoi ? Encaissement... C'est pas bien compliqué pourtant..
Non, mais je te jure! Notre film va commencer là.


- « Mais qu'est-ce que fiche cette employé, c'est dingue. »


« Au lieu de vous plaindre, ça ne serait jamais venu à l'idée de l'un d'entre vous de se montrer un peu moins crét.. MALINGRE et d'aider ce petit à déposer sa monnai ? Parce qu'on peut tout aussi bien y passer des heures et attendre qu'il grandisse, mais j'ai bien peur que ça ne prenne encore quelques années. Après.. en ce qui me concerne, ça ne me pose aucun problème les heures supplémentaires sont payées double mais se serait très dommage que vous ratiez votre film, c'est l'unique séance... »


C'était justement avec des trucs comme ça que Key se retrouvait mise à la porte, à croire que c'était de sa faute si le monde s'évérait être peuplé de personnes scientifiquement dénuées de neurones fonctionnel !

En sortant du travail une heure plus tard, elle sortit une cigarette de son blouson et la porta à ses lèvres pressées de pouvoir détourner son attention de l'énervement éprouvé, pour enfin se consentrer pleinement dans quelque chose d'agréable, à savoir en l'occurrence les particules de nicotines.

- « Heey maiis, c'est pas bon pour le corps ton machin. »

La grunge avait d'abord cru à une hallucination, encore une comme cela arrivé souvent, mais cette fois-ci le petit blondinet qui se trouvait devant ses pattes était véritablement.... réel.
Elle ne s'y connaissait pas trop en matière de gamin, en fait, sa soirée de baby-sitting avait démontré qu'elle était une véritable catastrophe, mais si Kenzie-la-pas-douée était certaine d'une chose, c'est qu'un garçon de trois ans n'avaient rien à faire tout seul dehors au début de la nuit tombé, elle plissa donc des yeux désorienté.

« Qu'est-ce que tu fais ici tout seul toi ? Et où est ta maman ? » Key regarda autour d'elle, sa mère ne devait pas être bien loin.. N'est-ce pas. Ou il devait lui être arrivé quelque chose, on ne laissait pas son enfant de trois ans traîné à cette heure-ci. Le petit haussa les épaules.
Son sens des responsabilités était peut être encore à démontré, mais il ne lui était pas venu à l'esprit de le laisser là comme ça, même si elle mourrait d'envie de rentrer se coucher.
Key déposa son sac par terre et s'accroupi devant le petit, elle referma la fermeture éclair de son blouson. Vu ses vêtements, il n'avait pas l'air d'être un enfant des rues.

« Écoutes, on va retrouver tes parents.. T'es d'accord ? Mais pour ça, il faut que tu me dises comment tu t'appelle... Moi.. moi, c'est Kenzie. Et toi, comment tu t'appelle bonhomme, tu veux bien me le dire ? »

Elle se trouvait tout simplement inapropriée dans ce genre de rôle. [i]C'était effrayant, elle était supposé en faire quoi ?

« Elle est où.. ta casquette d'E.T dis ? Maman m'a dit de rester assis. J'ai une lettre pour mon papa, il s'appelle comme moi mon papa. »

Le problème avec les enfants, c'était qu'il fallait savoir être patient et surtout être un pro du marchandage.

Au moment même où Kenzie s'apprêta à franchir la porte du Huxley Factory, afin de conduire l'enfant à l'accueil, il prononça quelque chose qui la fit pâlir et manquer de s'étouffer. Visiblement, le troc de la casquette avait fait son compte, il venait de dire son nom. Son nom de famille plus précisément.
Elle pensa à ce moment précis que le monde est certes petit, mais là c'était carrément de l'ordre de la fixion ! D'un microchosme ! Qu'est-ce qui ne tournait pas rond chez elle et ses chacras pour tout le temps aller se fourer dans les pires situations ?
Gallagher, vous savez.. Gallagher comme ce mec.. Pour dire vrai, Kenzie ne savait même pas qu'il avait un frère, c'était dingue comme différence d'âge, elle se demandait bien quel âge avait ses parents. Aller savoir pourquoi, cela l'étonnait qu'à moitié que ce type ait perdu son petit frère, il bossait en ville lui aussi.
Après avoir fait deux bars, un type lui expliqua que Gallagher venait de partir. Elle aurait très bien pu déposer le gamin aux flic et juger que sa part du travail était accompli, mais plus que pour ce crétin d'Adam Gallagher, elle voulait épargner à cet enfant le choc d'un commissariat bondé de prostitué et d'alcoolique en cellule de dégrisement. Et elle ne voulait surtout pas être celle qui serait responsable du placement d'un enfant dans un centre social, tout cela parce que son crétin frère ainé s'était montré incapable de le surveiller correctement.

C'est donc comme cela, que sur les conseils du barbu roux du nom de Thobias que Kenzie Stewarts se retrouva dans l'immeuble de Gallagher et qu'elle patienta pas moins d'une heure et demi, à moitiée endormie dans l'escalier avec un enfant qui portait une casquette d'E.T, celle là même avec laquelle, elle était supposé bosser demain et qui ne serait sans douce pas plus fan de sa berceuse black sabbath que les deux autres enfants qu'elle avait pratiquement traumatisé en début de semaine...

Si Gallagher ne se pointait pas dans cinq minutes elle se tirait, c'était décidé..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Lun 15 Sep - 13:11

Vendredi. N’était-ce pas le jour le plus blindé de la semaine, depuis la création des bars (et celle des jours de la semaine?). C’était fort possible : le vendredi était le soir où tout le monde sortait d’une immonde quinte : tout le monde était d’accord pour dire que le vendredi soir était le plus beau jour qui soit, et que tous les autres n’avaient aucune chance de faire le poids.
C’était, du moins, ce que Adam Gallagher entendait en boucle depuis quatre heures qu’il servait des clients plus où moins éméchés, dans l’arrière salle du Little Cricket.

« Hey, petit, remets m’en une! »
« Gars, je crois que c’est à moi de faire tourner »
« Gin pour tout le monde alors »
« Et plus vite que ça! »

Si il y avait une chose de plus impossible que de se reposer dans un bar alors qu’on était serveur et qu’il était vendredi soir, c’était assurément d’avoir une seconde de libre lorsqu’on était derrière le comptoir. Mais Gallagher en avait connu d’autres, et était assurément le dernier à regretter d’avoir pu choper ce job, qu’il avait depuis un mois environ, d’autant plus qu’il venait d’être, pour ainsi dire augmenté. Passer, en effet de l’avant-salle à cet endroit obscur, certes, et plein de types d’autant plus suspects qu’ils paraissaient pour la plupart avoir été croisés entre un mafieux et un bûcheron, mais le jeune homme voyait surtout en cela l’avantage d’en apprendre plus sur les jeux qui se livraient dans ces lieux. Il avait passé deux semaines à se faire charrier à l’avant à cause de sa « belle gueule », par Tolbiak, le chef des lieux, et par les clients, mais à force de persuasion, et après leur avoir montré qu’il n’était pas, au fond, si différent d’eux, on l’avait laissé plus ou moins tranquille, reconnaissant même qu’il faisait un parfait barman, sachant doser à merveille le gin et le whiskey.
Aussi, il était le dernier à rechigner lorsqu’on lui demandait des tournées, qui généralement incluaient une vingtaine de personnes, car il savait que le patron veillait. Avec un peu de chance, d’ici la fin de l’année, il pourrait devenir le croupier distribuant les cartes.

« Eh, petit, tu t’oublies pas, hein? » Venait d’ajouter d’ailleurs Xan’, un habitué, l’un des premiers à avoir accepté la présence du jeune homme parmi eux, et qui pensait toujours à lui. Gallagher hocha la tête tout en versant la dernière goutte de gin commandée, tout en sachant qu’il ne toucherait pas une goutte d’alcool de la soirée, refusant de perdre son job à cause d’une maladresse aussi ridicule.

« MA QUOI!!! »

S’exclama un des types qui jouait calmement quelques minutes plutôt au Shamrock, un jeu de cartes irlandais.

« OUAIS! ET JE LE REPETE, TA BIMBO JE L’AI BAI… »

Posant le verre qu’il était en train de remplir, Gallagher se précipita derrière le comptoir au moment ou Baruch balançait un sac de jetons au visage de John. Merde !
Les bagarres étaient le plus dur à gérer, et, le problème avec l’arrière salle, c’était qu’elles se produisaient environ trois ou quatre fois par soir. Ça faisait partie du jeu, en somme, et les vieux anglais bourrés adoraient se prendre la tête avec les irlandais, lesquels avaient une dents contre les écossais. Toute dispute était source de bagarre générale, et le job d’Adam était dans ces cas là de stopper la dispute dans l’œuf, aidé par les deux autres croupier, et de Miranda, l’autre serveuse.

Attrapant le bras de John au moment ou il s’apprêtait à balancer l’une des chaises préférées de Tolbiak au visage de son rival, il hurla, sans vraiment s’en rendre compte un « NAAAN » monumental qui freina le bras de l’individu, et provoqua un silence presque religieux dans la pièce. On entendait à présent toute la musique venant de l’autre salle, et surtout, Gallagher sentit que tous les regards étaient à présent posés sur lui. Ses clients n’avaient en effet pas grande habitude de l’entendre hurler.

« Je… Euh… J’ai vu la bimb… Copine de Baruch est allée voir sa mère-grand avec un…petit pot de euh… Beurre. John a dû se tromper ».

Tout le monde savait que la nana que se serrait l’individu n’avait aucune vertu, et il était fort possible que l’autre l’ai baisée, mais franchement, un mensonge ne faisait de mal à personne, et, de plus, Adam savait très bien que ce qu’il pourrait dire ne trouverait de toutes manières aucune protestation, compte tenu de l’état des clients.

Soupirant tout en servant à Bary une pinte de bière pour le consoler, il jeta ensuite un coup d’œil à la pièce. Tout était revenu dans l’ordre…
Et dire que ça n’était que le début de la soirée…


Quelques heures plus tard, Adam rangeait les dernières chaises, de l’endroit, plus exténué que jamais, lorsque Tolbiak vint lui taper sur l’épaule.

« Bon boulot, petit », qui le fit sourire. Avant d’ajouter « Au fait, tu sais que ta vie privée, c’est ta vie privée, mais ya une gonzesse qui a débarqué tout à l‘heure. T’as un bien joli marmot, tu sais? Ça me rappelle quand… »

Mais Adam n’écoutait plus. Sa quoi? Jusqu’à preuve du contraire, Adam avait renoncé à toute attache sentimentale.

« …C’est bath que t’ai fait venir ta petite famille ! Tiens, t’as bien bossé, ce soir, t’as le droit à ta journée! C’est un joli petit lot que tu nous a dégoté ».

Alors qu’il descendait d’un pas pressé la longue avenue lui permettant de rejoindre la chambre qu’il louait, il se repassait les derniers mois, dans l’espoir de trouver un lien entre l’histoire du boss et sa vie. Mais n’en voyait aucun. Aucune fille n’aurait pu débarquer, et il avait tellement voyagé ces jours-ci qu’il était impossible qu’on retrouve sa trace? Qui c’était alors? L’idée même qu’il ait une famille, était impossible, alors… Le vieux avait dû se tromper.

C’est presque rassuré qu’il arriva devant son immeuble, et poussa la porte, laquelle était autrefois munie d’un code qui avait visiblement perdu toute utilité depuis qu’on avait fait sauter la serrure.
Mais alors qu’il poussait la porte de la cage d’escalier (l’ascenseur n’ayant jamais fonctionné depuis qu’il vivait ici), il tomba presque sur, je vous le donne en mille, Kenzie Stewarts.

Décidemment, à chaque fois qu’ils se croisaient récemment, elle nous rejouait un remake de la belle au bois dormant, chose qu’à la limite, Adam aurait presque trouvé charmant, si, alors qu’il s’approchait d’elle pour la réveiller, un petit truc blond ne s’était pas mis à bouger.
Nous avions donc Stewarts la tête appuyée contre la rambarde, serrant contre elle un minuscule gamin. Il ouvrit la bouche, mais… « » rien. C’était quoi, ça? La dernière chose à laquelle s’attendait Gallagher. Tolbiak avait dû se tromper, de toutes manières, Adam n’avait jamais couché avec Kenzie Stewarts, et, franchement, il doutait avoir pu oublier un truc aussi énorme. Donc, ce gosse n’était pas le sien.

Ce qui nous emmenait au point suivant : Kenzie avait un enfant? Stewarts avait un enfant. Stewarts avait un…
C’était dur à encaisser, quand même. Enfin, Gallagher ne connaissait pas sa vie, mais euh, enfin… Qu’est-ce qu’elle fichait ici?

Enfin, il se pencha vers elle, effleurant son épaule, reculant en voyant que le gosse commençait à bouger, manquant de sursauter lorsque Stewarts ouvrit les yeux. Ben oui, il était con, il était pas fait pour les chocs, et pas préparé à voir celle qui faisait partie de sa vie, non comme âme sœur, comme amie ou quoi, mais comme aimant à problèmes qu’il avait récemment décidé d’ignorer, d’oublier, d’éviter (même si ce dernier point paraissait impossible), avec un gosse aux cheveux blonds.

« Stewarts… C‘est quoi, ça, bordel? », qu’il murmura.

Mais qu’on lui explique pourquoi elle se sentait obligé de lui faire partager ses problèmes?

« Ma maman dit qu’il faut pas dire de gros mots… » lâcha une petite voix dont le visage était caché dans la veste de Kenzie. Il avait fait peur au gosse… qui ajouta « Donnes moi un penny, c‘est un penny pour chaque gros mot…»
« Stewarts?… »
« Papa il est méchant, ma maman m’avait dit qu’il serait méchant, au début mais qu’il m’aimerait… C’est toi, Papa, je le sais tu es sur les photos de ma maman. »

Et là, Adam pâlit, sentant étrangement toute la fatigue accumulée dans la journée lui tomber dessus, sans pour autant comprendre vraiment ce qui arrivait.

« Écoutes, je dois y aller, je… On se voit à la fac » Et hop, passant à coté de Stewarts, il entreprit de grimper les marches menant au troisième étage, à savoir, à son appartement.

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Lun 15 Sep - 14:53

Elle avait le sommeil léger ces temps-ci, et on ne comptait plus le nombre de ses moments d'absence.

Enfin, Kenzie sentit une pression sur l'épaule. Allez savoir combien de temps encore, elle avait passée dans cette cage d'escalier. Chassé par le sommeil, les cinq minutes c'était probablement changé en quart d'heure...

« Stewarts… C‘est quoi, ça, bordel? »

Elle se frotta un œil avec le dos de sa main. Qu'est-ce que c'était ce bordel.. A vrai dire, elle avait envie de répondre bonne question, lorsque le gosse se mis à parler, elle percuta et le déroulement de ces trois dernières heures lui revinrent en mode accéléré.
« Stewarts?… »
Elle regarda Gallagher indéterminé. C'était une blague, c'est bien ça ? Ce type était vraiment gonflé, elle n'avait jamais vu quelqu'un avec moins de scrupule et pourtant, elle en connaissait des enfoirés, mais là elle avait vraiment décroché le gros lot !
Elle ne trouvait pas vraiment tout ça très drôle. Kenzie regarda le jeune homme dans les yeux d'un air on ne peut plus soupçonneux. Elle c'était levée et regardait l'écart entre la rampe d'escalier au dessus d'elle afin de scruter l'étage supérieur d'un œil douteux.

« Si des techniciens sont planqués ici, je crois que c'est le bon moment pour sortir les caméra et les perche son.. Et si je peux me le permettre, c'était vraiment nul. »

Elle était déjà prête à s'énerver, oubliant le gamin et le tact qu'elle aurait du adopter mais le petit c'était mis à parler. Et là, ce fut le choc le plus énorme de sa journée. Ce gamin était son G.O.S.S.E ? Qu'est-ce que c'était que cette histoire, elle passa une main dans ses cheveux et se mit à tournoyer une mèche comme elle le faisait en général nerveusement. Le souffle coupé, elle observa la visage d'Adam se décomposer devant elle. Si elle ne savait pas quoi dire, lui non plus.

« C'est ton fils Adam ? » lança t-elle assez ébranlée, de plus.. elle ne l'appelle jamais autrement que par des dérivés ou son nom de famille.
« Écoutes, je dois y aller, je… On se voit à la fac »

Il jouait à quoi, là ? Elle se précipita devant lui et claqua la porte qu'il venait tout juste d'ouvrir assez violemment.

« Tu te fiche de moi ? Tu crois tout de même pas que tu vas te tirer comme ça ?! Et le laisser ici ! Ça fait trois heures que je te cherche avec ce petit, il m'a dit qu'il s'appelait Gallagher mais je pensais que c'était ton frère et que vu ton égocentrisme et le profond soucis que tu voues à ta personne tu l'avais oublié au cinéma. Et là j'apprends que finalement c'est ton fils et tu te tires sans même prendre la peine de.. » me donner des explications ?

Kenzie c'était interrompu, elle ne savait pas vraiment ce qu'elle était entrain de raconter, la monté de stress et le choc de la nouvelle l'avait sans doute perturber et Gallagher n'avait aucun compte à lui rendre mais ce n'était pas un comportement approprié de la part d'un « père ». Pourtant lorsqu'elle l'avait croisée cet été, avec ce gamin dans le métro.. il avait eut l'air de.. Tu parles, elle c'était lamentablement plantée sur son jugement.

« T'es vraiment un enfoiré de première, un enfoiré qui n'assume pas.. ! » lui murmura-t elle. Elle n'avait pas deux penny en poche..

Une femme d'un certain âge descendit les escaliers à ce moment, elle semblait avoir assistée à la fin de la scène et ses yeux étaient estomaquée comme aurait pu l'être ceux d'une vieille britannique de bonne moeurs. Kenzie qui avait flairée la situation, lui lança un regard puis se mis à faire mine de sanglotter. Oui, Kenzie Stewarts était le genre de fille complètement cinglée qu'il ne fallait pas trop contrarié et là Gallagher, se foutait manifestement ouvertement d'elle.

« Ton propre fils Adam.. Tu nous jettes ton propre fils et ta fiancé dehors par un froid pareil.. tu.. »

Sans trop comprendre ce qu'il se passait, elle se fit pousser à l'intérieur de l'appartement brusquement.. Ses talents de comédienne ayant encore fait leur preuve comme au bon vieux temps. - Vous remarquerez que ce n'était pas la première fois qu'elle se retrouvait fiancée à ce crétin dans ce type de scène branlesque. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Lun 15 Sep - 15:37

Alors qu’il commençait à grimper les marches, avec une rapidité qu’il ne se serait pas connue compte tenue du fait qu’il était crevé, il songea qu’il n’avait qu’une chose à faire pour se sortir de cette merde. Une seule chose, et son calvaire serait terminé : rentrer dans son appartement et claquer la porte au nez de Stewarts, et surtout, du gosse. Il n’avait pas de fils, et n’en aurait jamais. Qu’est-ce qu’elle avait fait au juste? Payé le gamin pour qu’il le fasse flipper?

Vas loin, loin, Adam, et ne reviens jamais.

Il ne fit pas gaffe à la réaction de Stewarts, et ne vit donc pas qu’elle était toute aussi surprise que lui. Tout ce qu’il voyait, c’était que ça, il n’en avait pas besoin. Putain. Qu’est-ce qui arrivait? Parfois, il en venait à se demander pourquoi, sur les six milliards de personnes qui vivaient sur cette planète, dont 50 763 000 anglais, il fallait que ce soit sur lui que tout tombe. Merde, il avait pourtant passer une bonne journée. Quinze marche encore, et ça serait parfait. Laissez moi rentrer chez moi.
Mais il entendait le babillement de l’enfant s’approcher, et Stewarts avec. Il perdit des éternelles secondes à tenter de trouver ses clés, puis à réussir à ouvrir la porte de l’appartement.

CLACK

Stewarts venait tout juste de repousser la porte, et Adam n’eut d’autres moyen que de lui faire face. Avouons le, il l’aurait fait à un moment où l’autre : on ne pouvait pas chasser les emmerdes. Mais néanmoins, le visage décomposé comme si le monde lui tombait sur les épaules, il se laissa gueuler dessus par la jeune femme, avec une seule idée en tête : il ne les laisserait pas rentrer.

Il baissa la tête, comme l’aurait fait, sans doute, le petit garçon de trois ans qui s’affirmait être le sien, si il se faisait engueuler comme ça. La dernière chose dont il avait besoin, c’était de se faire engueuler. Merde. MERDE.
Son regard venait tout juste de croiser celui, tout aussi bleu, de la plus grande sources de problèmes de cinquante centimètres qu’il ait jamais rencontrée. Notez l’oxymore. Le gosse venait de lui adresser un sourire timide, ses petites mains tenant fermement le tissu du pantalon de Stewarts.
Il l’aimait elle, visiblement, elle n’avait qu’à le garder!

« Je n’ai pas de gosse »
« T'es vraiment un enfoiré de première, un enfoiré qui n'assume pas.. ! »

Soit, il était un enfoiré. Aucune excuse, hein, il n’avait rien à faire de ses conneries. C’était pas son fils. L’histoire avait prouvé qu’un Gallagher n’avait aucun droit de se reproduire.
« Ton propre fils Adam.. Tu nous jettes ton propre fils et ta fiancé dehors par un froid pareil.. tu.. »
Quoi? Il releva la tête, croisant le regard d’une vieille femme. Madame Sanderson, qui avait un chat, dont il s’occupait, parfois quand elle s‘absentait. En échange, elle lui donnait des plats qu‘elle avait cuisiné elle-même, et putain, ça changeait de ses boites de conserve.
Putain de merde, il fallait qu’il fasse quelque chose.

Instinctivement, sa main trouva la poignée de la porte au bout d’une seconde de tâtonnement Aussitôt ouverte, il tira le bras de Stewarts, l’entraînant à l’intérieur et suivie par le mioche. Enfin, il adressa un sourire ressemblant plus à une grimace qu’autre chose à la pauvre femme qui paraissait vouloir intervenir.

Claquant la porte, il s’y appuya, la tête baissée, refusant de croiser le regard du gosse et celui de Kenzie. Elle devait penser quoi, elle? Il n’avait rien fait. Rien du tout.
« Oooh mais c’est tout petit ! » S’exclama le gosse, en s’approchant d’un bocal dans lequel se trouvaient les piécettes qu’Adam conservait. Il prit trois penny qu’il glissa dans sa poche, profitant de l’inattention de son « Papa » et de la gentille Kenzie, et revint s’accrocher à elle.

Il fallait avouer que la décoration était plutôt sommaire, et que l’espace pourtant loin d’être encombré par des meubles, était assez réduit. Un canapé défoncé sur lequel gisaient des couvertures, une table basse dans un coin, sur laquelle étaient empilée des livres et des dizaines de feuilles griffonnées. D’ailleurs, des livres, il y en avait partout. Deux portes, dans un coin, l’une cachant un placard minuscule, et l’autre, une petite salle de bain. Et enfin, un évier à coté duquel se trouvaient deux plaques chauffantes, avec, en dessous bien sûr, le fameux placard aux casseroles. Contrairement à ce que l’on pouvait penser, l’endroit était particulièrement bien rangé, bien que le tout paraissait étrangement… Vieux.

Pas exactement un palace, et bien loin d’être ce qu’il avait vu de la demeure de Stewarts. La pièce était toujours dans l’obscurité, mais des rayons de lumières traversaient les fenêtres, rendant leurs visages blafards. Pourtant, le regard du gosse paraissait toujours aussi bleu, et ses cheveux, toujours blonds.

« Et maintenant, on fait quoi? »

Le gosse s’approcha de lui, sortant une lettre de la poche de sa veste, tout en lui décrochant un sourire timide. À présent qu’ils étaient entrés chez lui, il était fichu. Affronter la vérité quelle qu’elle soit. Il détestait ça. Mais attrapa la missive, le visage toujours aussi pâle, la décachetant lentement, puis lisant la lettre griffonnée d’une écriture étroite.
« Chéri,
J’imagine que tu as fait la rencontre du petit Ethan. Ethan Gallagher, c’est joli comme nom, n’est-ce pas? Je me suis dit qu’il serait parfait pour notre fils. Il faudra que tu t’en occupe un petit moment, tu sais à quel point les temps sont durs…
Avec Amour,
Daria
. »


Il laissa tomber la feuille sur le sol, et le gamin la ramassa aussitôt, posant ensuite sur son épaule une main compatissante. Il fallait qu’il fasse un truc. Il avait besoin de fumer, ou de boire. Il n’était pas irresponsable, il était…

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Lun 15 Sep - 16:29

L'appartement était étroit et masculin, une déco sommaire et déstructurée, l'un des murs du salon était à nu et le rouge des briques véhiculait une impression de chaleur qui contrastait assez avec la froideur de l'atmosphère. Kenzie resta plantée un moment au milieu de la pièce, elle regardait vaguement autour d'elle sans véritablement s'attacher longuement aux objets, son esprit était ailleurs, elle posa enfin ses yeux sur l'enfant qui avait passé ses bras autour de sa jambe de manière à ce qu'il soit emporté avec elle, si jamais elle faisait un pas. Il venait de se frotter les yeux l'air aussi fatigué qu'aurait pu l'être un enfant de cet âge à une heure pareil.

Elle observa durant quelques secondes, elle n'aimait pas les gosses mais il fallait avouer que celui-ci était.. tout le contraire de son paternel. Elle tentait encore de digérer l'information et se demandait bien qui pouvait être la mère de ce gamin. En tout cas, elle était cinglée.

Stewarts reporta son attention sur l'autre, le même regard perdu et profondément bleu que la copie miniature. Kenzie était énervée, elle ne savait pas ce qui l'avait mis aussi en colère, le fait d'attendre aussi longtemps ou le simple fait que garçon ne soit le gamin de Gallagher. Elle aurait pu ressentir de la compassion si elle avait été un poil humaine, mais tout ce qu'elle éprouvait à ce moment même envers ce type, c'était du mépris. Un profond mépris, ce pauvre mec avait été assez crétin pour ne pas prendre ses précautions. Voilà ce que cela faisait de s'envoyer en l'air au quatre coin du monde, on vivait au vingt et unième siècle bordel, il aurait tout de même pu faire gaff. La science à développé plein de contraceptif, mais peut être que dans sa planète de sauvage, ils ne connaissent pas la notion d'information et de prévention. En vérité, il avait beaucoup de chance que le petit soit présent, si elle n'avait pas voulu le ménager elle lui aurait assurément balancée le fond de sa pensé. Il était resté dans un geste plein de pathétisme et de désarroi la tête scotché à la porte d'entrer. A son souvenir, l'unique fois durant laquelle, Kenzie avait vu Gallagher aussi paumé, c'était lorsqu'elle était tombé sur lui dans la ruel à Liverpool peu de temps avant qu'il ne loupe le car pour Harper. A l'exception près que la fois dernière, il avait le visage sérieusement amoché et s'était planqué derrière un carton.

Elle regarda de nouveau autour d'elle, réalisant que c'était donc là qu'il vivait... L'endroit était assez miteux et plutôt triste, elle ne le trouvait pas vraiment approprié à la personnalité de fanfaron du mec populaire et plein de confiance en lui qu'elle connaissait. Mais finalement elle pensa qu'elle ne connaissait rien, elle ne savait pas qu'il avait un fils, tout comme ne savait pas qu'il était aussi.. pauvre. Ce mec devait galérer, c'était certain. Le petit s'était décroché d'elle et avait tendu une enveloppe à Adam, Kenzie fronça les sourcils le visage perplexe se demandant ce qu'il pouvait bien y avoir comme information dans ce message, mais elle resta silencieuse, se contentant d'observer ce qu'il se passait comme une simple spectatrice de soap opéra à deux balles, elle n'avait pas à intervenir. Les téléspectateurs ne pouvaient pas intervenir, il se contentait de regarder et de retourner vaquer à leur vie. De toute manière, tout ceci n'avait rien à avoir avec elle et ce type n'était même pas son ami.. Cela n'était pas son problème ! Et d'ailleurs cette histoire était suffisamment merdique pour qu'elle ne vienne en rajouter, elle se sentait comme un voyeur qui se serait postait aux fenêtres pour observer la vie des gens. Il fallait qu'elle se tire, elle jugé avoir fait sa part des choses, le gamin n'était pas mort et il avait retrouvé son père. C'était parfait, non ?

« C'est pas que je ne trouve pas ces retrouvailles très touchante ou quoi Gallagher... et Gallagher, mais je vais rentrer chez moi. Il se fait tard, je fois arroser mes plantes et tout. Se serait vraiment pas cool de ma part de leur fausser compagnie, vous voyez. »

Le gamin la regarda, il avait les yeux si clair qu'elle remarqua que ses pupilles s'étaient dilatées

« Ta casquette d'E.T, tu l'a veux pas ? »

Kenzie lui ébouriffa les cheveux, lui décrochant un de ses rare sourire. Elle se demandait sérieusement comment un pauvre con pareil avait pu engendré un petit aussi cool.

« Tu peux la garder Ethan. On se verra une prochaine fois » elle aurait pu ajouter un, "prend bien soin de tout papa" mais elle était trop en pétard pour faire dans le cynisme. Puis elle posa sa main sur la poignet pressée de s'en aller très loin. En fait, peut être qu'elle hallucinait encore, mais alors vraiment dans ce cas, il faudrait qu'elle aille consulter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Lun 15 Sep - 17:10

… dans une des situations les plus inextricables de son existence. Daria. Il savait très bien qui était Daria. Grande, blonde, magnifique, Adam ne l’avait pas vu depuis… Trois ans. Peut-être quatre. Peut-être le temps qu’un gosse ne pousse dans son ventre, et en sorte. Et devienne… ça. Putain. Il avait seize ans, c’était impossible ! Daria avait été sa meilleure amie, son premier amour, son « Je me remets de mon énième rupture avec Karen Stevens ». Bordel, elle l’avait écoutée parler de Karen, encore et encore, la dernière fois qu’ils s’étaient rencontrés. Elle savait très bien d’où il venait, elle venait du même endroit, et il était tombée sur elle pas loin de Holyhead, alors qu’il voulait se tirer. Elle avait deux ou trois ans de plus que lui, elle était assez responsable pour pas se laisser duper par le miracle de la grossesse. Adam avait presque vu une femme mettre au monde, et franchement, ça l’avait immunisé à jamais contre toute envie de procréer. Ça… Et le reste. Mais pourtant, Daria lui avait laissé une lettre, elle lui avait dit qu’elle lui laissait le gosse.
Il était toujours assis par terre, et le petit toujours à coté de lui. Il ne pouvait pas intégrer le fait que ce soit son fils, c’était impossible.

Adam n’avait pas touché à une goutte d’alcool depuis qu’il avait quitté le lycée. Il ne pouvait tout simplement pas se permettre de boire, il avait à peine le temps de bouffer… Et fumer, n’en parlons pas; Il avait tout bonnement arrêté, les cigarettes étaient chères et malgré le peu qu’il gagnait, il essayait tout de même d’en mettre un peu de coté, au cas ou… Mais là, il voulait oublier ça. Tolbiak lui avait donné une journée de congés, il pourrait toujours filer boire quelque part, trouver une bouteille, où j’ai foutu la bouteille de Mrs Smith?, et lorsqu’il se réveillerait au matin, Kenzie et le gosse seraient parti.

« C'est pas que je ne trouve pas ces retrouvailles très touchante ou quoi Gallagher... et Gallagher, mais je vais rentrer chez moi. Il se fait tard, je dois arroser mes plantes et tout. Se serait vraiment pas cool de ma part de leur fausser compagnie, vous voyez. »

Une lumière s’alluma dans l’esprit pourtant confus du jeune homme, et, il leva vers elle le même regard que le gosse. Il se leva d’un bond, venant se mettre à coté de Kenzie tout en s’appuyant sur la porte. Le regard des plus implorants il lâcha, avec une ferveur dont il n’aurait jamais cru devoir faire preuve :

« Kenzie, reste… » A croire que toute la fierté dont il avait fait preuve durant toutes ces années avait été abattue par la présence de ce gosse. Adam était visiblement capable de supporter de vivre dehors, de se faire battre par son père et de se retrouver dans des situations les plus miteuses possibles que nous passerons ici, mais rester seul avec un gosse que l’on disait être de lui était impossible.
« Tu peux pas me laisser seul avec… Lui »
Et le petit de s’accrocher lui aussi à la jambe de la jeune femme. Décidemment, qui aurait pu affirmer quelques jours plutôt que Gallagher supplierait Stewarts?

« Je… tu peux dormir ici » Il désigna le canapé « et si tu as faim il y a euh… des toasts? »

Oui, plus désespéré, tu meurs. Soit, Kenzie restait, mais le lendemain, et le jour d’après? Et les cours? Il ne pouvait pas garder l’enfant, c’était n’importe quoi…

« Oui, Ken pars pas! Il a des toasts! »

Et, attrapant le poignet de la jeune femme, en désespoir de cause, il lui murmura :

« Je ne peux pas m’occuper de lui… Il a besoin de toi, c’est un gosse!… S’il te plaît? »

Whoah, une telle promiscuité entre les deux individus ne s’était pas produite depuis… Vous savez quoi. Et Adam était tellement perturbé qu’il ne s’en rendait pas compte. D’ailleurs, arrêtez moi si je me trompe, mais il était pas sensé l’éviter au possible?
Apparemment, ça n’était plus d’actualité. Adam avait besoin de Kenzie Stewarts, tenez vous le pour dit.

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Mar 16 Sep - 20:20

« Tu peux pas me laisser seul avec… Lui »

Non. Non. Non. Non. Qu'il ne se mette pas à jouer à ce petit jeu là avec elle ! Stewarts voyait très bien où est-ce qu'il voulait en venir... Gallagher s'était collé dos à la palissade, lui obstruant le chemin vers cette même porte qu'il avait genre voulu protéger corps et âme pour ne pas qu'elle la franchisse, il y à de cela cinq minutes ! Attendez, il n'avait pas voulu qu'elle rentre et maintenant il ne voulait pas qu'elle sorte ?! On nageait en total délire.

Key le regarda déconcerté et tritura ses mains nerveusement.

« Ecoutes, ça ne va pas bien chez toi et tu te comporte assez bizarrement, mais.. mais peut-être que tu as genre eu le cerveau atrophié par les vapeurs d'alcool à force de traîner dans ton espèce de bar ? Hein. Je..
»

« Je… tu peux dormir ici » Il désigna le canapé « et si tu as faim il y a euh… des toasts? »

Manifestement, ses neurones avaient sautés. Kenzie avait envie de le secouer violemment pour qu'il reprenne son esprit. Ce n'était plus drôle à présent. Elle ? Elle c'était Kenzie Stewarts. Vous savez cette même Kenzie Stewarts qui la première fois qu'elle l'avait rencontré dans le Hall de leur lycée, peu de temps après son arrivé à Holyhead City, c'était fait un malin plaisir de lui bousiller son plan avec une élève de première année, tout cela sous prétexte qu'il avait daigné roder ses grands yeux azur, un peu trop près de la petite sœur de Térence Van Tissel - son meilleur ami -. Et lui depuis, il la détestait et elle le lui rendait bien.
Stewarts avait un radar pour capter ce genre de de mec bidon, le genre qui vous faisiez tourner la tête avec des belles paroles, le genre qui vous fasse justement un gamin et qui se tire au loin. De toute manière soyons objectif, si cela se trouve elle avait épargné Tatiana d'être la mère du gosse qui se trouvait devant elle, en ce moment même.

Tenez, parlons en de ce gosse.. Il venait de rappliquer, en deux temps trois mouvements afin de l'empêcher de bouger.

« Oui, Ken pars pas! Il a des toasts! »

Kenzie avait tenté d'attraper les mains du petit pour les décrocher de sa jambe, mais à peine eut-elles le temps d'atteindre leur objectif que ses poignet ne furent agripper par Gallagher. C'était certain, ils ne s'étaient jamais retrouver aussi proche l'un de l'autre si on oublie l'épisode de l'ascenseur, dans lequel ni l'un ni l'autre n'étaient en total possession de leur rationalité.

« Je ne peux pas m’occuper de lui… Il a besoin de toi, c’est un gosse!… S’il te plaît? »

Sûre, que le coup du regard ensorceleur et de l'imploration du gamin aurait fonctionné à 98% chez n'importe quelle fille possédant un sens de la sensibilité et de l'altruisme suffisamment présent, or...

« Et moi je ne suis pas sa mère ! Lâche moi Gallagher, je.. je ne peux pas faire ça, tu l'as bien vu, je ne sais pas m'occuper des gosses, je n'ai aucun sens des responsabilités et je suis le plus mauvais exemple qu'il soit car excuse moi trainer avec une personne qui a été toxicomane trois quart de sa vie à seulement vingt ans n'est pas le meilleure exemple qu'il soit à donner à un enfant. C'est bien simple.. je.. Lâche moi, t'entends. C'est toi qui t'es fichu dans ce pétrin, pas moi.. j'ai un devoir à faire ! »

Kenzie avait dévalé l'escalier à une vitesse déconcertante. Après tout, c'était pour le bien du petit, vous connaissez beaucoup de parents responsable, qui donnerait la responsabilité de son enfant à une fille comme elle ? Pour la plupart des gens qu'elle connaissait à New-York, elle n'était que la pauvre petite drogué paumé et c'était ainsi pour sa mère également, comment pouvait-elle se considérer autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Mar 16 Sep - 21:04

Le pire, dans cette situation, c’était que le gosse n’avait pas l’air particulièrement déprimé. Enfin, il avait perdu sa mère. Littéralement, perdu. Ou plutôt, Daria s’était tapé un délire « petit poucet », avec, pour seule différence, qu’elle avait laissé le gosse à la charge de sa personne, sans qu’il ne soit pour autant averti au préalable.
Notez, il doutait que ça ait changé quelque chose.
Pour la deuxième fois de sa vie, il n’avait jamais autant souhaité que Stewarts reste avec lui, et, pour la deuxième fois, elle lui faisait faux bond.

« Et moi je ne suis pas sa mère ! Lâche moi Gallagher, je.. je ne peux pas faire ça, tu l'as bien vu, je ne sais pas m'occuper des gosses, je n'ai aucun sens des responsabilités et je suis le plus mauvais exemple qu'il soit car excuse moi traîner avec une personne qui a été toxicomane trois quart de sa vie à seulement vingt ans n'est pas le meilleure exemple qu'il soit à donner à un enfant. C'est bien simple.. je.. Lâche moi, t'entends. C'est toi qui t'es fichu dans ce pétrin, pas moi.. j'ai un devoir à faire ! »

Lâchant prise, Gallagher recula assez pour ne pas se prendre un violent coup de porte dans le nez, et ce fut comme dans un rêve qu’il regarda Stewarts disparaître dans les escaliers.
Toujours aussi pâle, ce fut avec une seconde de retard que le jeune homme se précipita à sa suite, criant d’une voix plutôt désespérée :

« Stewarts! »

Mais, alors qu’il allait franchir l’entrée de l’immeuble, quelque chose l’arrêta. Quelque chose qui ressemblait étrangement à la voix de sa conscience : bordel, le gamin, il allait laisser le gamin tout seul.
C’était pas son pétrin, bordel, il n’avait rien demandé! Et cette fille.. Pourquoi était-elle partie? Elle ne comprenait pas qu’il était incapable de s’occuper de ce gosse? Qu’il prédestiné à agir comme son père?

Quelques secondes passèrent, durant lesquelles, toujours sur le seuil, Adam restait sans bouger, attendant, peut-être, que Stewarts revienne, sans vraiment y croire. Il ne pouvait pas laisser le gosse tout seul. Putain.
Tel le mâle qu’il était, il frappa un grand coup sur la porte, défoulant comme il pouvait la tension qui l’habitait. Tout était si silencieux, dehors… Et le gosse, sa voix venait de se faire entendre, légèrement tremblante :

« Ken? Papa? »

Repoussant les quelques mèches égarées sur son front, tout en ressentant comme un étrange coup à l’intérieur de sa poitrine, en entendant les mots qu’il avait depuis longtemps cessé d’utiliser, il remonta lentement les marches, et tendis la main au gosse, l’entraînant dans l’appartement.

« Viens, c’est l’heure de dormir ».

Au moins, couché, Adam n’aurait pas à s’en occuper. Jusqu’au lendemain.

« Elle est où, Ken, Papa? » Levant les yeux au ciel, Adam répondit en s’accroupissant en face du gosse :
« Écoute, je ne suis pas ton… »
« Si ! C’est toi ! Tu es sur les photos avec ma Maman! On va chercher Ken? »
C’était curieux comme le gosse paraissait se préoccuper plus de ce qui arrivait à Stewarts, que de sa propre mère. Adam poursuivit :
« Demain, on ira retrouver Dari… hum, ta Maman. Kenzie a été gentille de s’occuper de toi, mais elle ne peut pas… »
Prendre tes responsabilités, Adam?
Certes, il en voulait à la jeune femme, et n’osait même pas imaginer ce qui pourrait arriver si il devait vraiment garder le gosse.
« Déshabille-toi » ajouta-t-il sèchement, montrant une nouvelle fois qu’il n’avait aucune intention de s’attacher à l’enfant.
« Mais… il me faut un pyjama ! Et je voulais dormir avec Ken !Et ma maman me raconte toujours des histoires, avant de m’endormir… T’es méchant, toi ! Ken elle est gentille ! »
Peut-être qu’elle était gentille, mais en attendant elle t’avait planté là, petit. Avec un type comme lui. Même si, en réfléchissant aux dernières paroles de la jeune femme, Adam se rendit compte de… Euh… Du fait qu’elle avait été apparemment droguée. Mais il s’en fichait. Quoi qu’elle ait pu être, elle n’était pas comme son père. Et comme lui.

Il se leva pour attraper un de ses tee-shirt dans le placard, qu’il tendit à l’enfant.

« Je connais pas d’histoires ».

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Mar 16 Sep - 23:25

Qu'on soit bien clair, ce n'était pas parce qu'elle avait passée une très bonne nuit, une plus qu'agréable nuit même, à savourer un repos qu'elle avait plus qu'entièrement méritée, qu'elle était un monstre! Pas, vrai ?
Tout cela parce qu'elle avait fait faux bon à un pauvre garçon qui l'avait, à la lettre près, supplié de l'aider ? Kenzie savait qu'il ne lui en voudrait pas. Même si Gallagher ne la connaissait pas tant que ça, elle était persuadée qu'il était le mieux placer pour se rendre compte qu'elle était une fille instable. C'est vrai, il c'était presque toujours trouvé là lorsqu'elle partait en vrille. D'abord à Harper, puis à Liverpool. De toute manière, il ne pouvait pas la voir en peinture, qu'est-ce que cela pouvait lui faire qu'elle ne soit pas restée, il avait dû sans doute remercié le ciel qu'elle se soit finalement tiré une fois ses esprits retrouvés. Non, l'américaine ne s'alarmait pas pour lui, il devait avoir des amis sur qui compter, n'était-ce pas lui le mec le plus populaire d'Harper à la tête de la team de petit bourgeois minable et ridicule ? Des potes comme Hoffman, lui sauverait la mise. C'était fait pour ça, les amis or, elle n'était ni son amie, ni mère Thérésa. Un point c'est tout.

Dieu sait, si on doit mettre cela sur le compte d'une quelconque conscience qui avait décidée de se manifester de la tombe où Kenzie l'avait logé depuis l'âge de onze ans, jour auquel elle avait fini par comprendre qu'il ne faisait pas bon de s'embarrasser de quelque chose d'aussi encombrant qu'une conscience ou bien, si c'était dû au côté écolo à outrance des Green et à leur fichu lit en feuille de palmier terriblement pas confortable, mais le fait est en somme, que Stewarts n'était pas parvenue à fermer l'œil de la nuit. Se tournant et se retournant en vain, tentant désespérément de trouver le sommeil, elle n'avait fait que cogiter, encore et encore. S'exaspérant elle-même, Kenzie avait bien tentée deux ou trois fois de s'étouffer avec son oreiller, mais elle avait tellement forcé que l'oreiller d'eau avait fini par lui exploser à la figure la trempant de partout.

Elle était restée assise là, dix bonne minutes immobile à fixer le cadran du réveil qui clignoté : 5:05.

« C'est bon t'as gagné » grommela t-elle enfin à elle même, en se levant plus qu'agacée.

Une demie heure plus tard, elle se retrouvait assise sur le rebord de la fenêtre entrain de boire un café frappé. Le gamin dormait, Gallagher aussi. C'était genre incongru d'entrer chez les gens comme ça, mais elle s'en foutait, en passant par l'escalier de secours, elle avait constatée que la fenêtre n'était pas complètement baissée. Elle avait entamée de ronger la peau de son pouce pensive, c'était vraiment une sale idée de revenir là, elle le savait. Mais c'était l'autre qui avait insistée, sa satané conscience vous voyez.

« Keeeen ! » hurla le petit qui avait ouvert un œil et avait parue aussi excité que s'il avait vu le père noël en personne.

« Woooah ! Mais, qu'est-ce que tu fais ici. T'as des pouvoirs magique c'est ça hein ? »

Stewarts paru un petit peu déstabilisé lorsqu'il vint se blottir contre elle, les yeux plein de fascination. Il portait le vieux t-shirt de foot de Gallagher, celui de l'équipe d'Harper, ce qui lui remémora aussitôt le fameux match de foot de leur tournoi en terminal. Avec le temps on finissait vraiment pas oublier pas mal de chose.. Son paternel ne paru pas réellement perturbé par le bruit, il était vraiment gonflé de dormir toujours. Toujours est-il que par chance, elle n'eut pas à endurer bien longtemps la vision de ce nigaud entrain de dormir.

« Gallagher, tu parles dans ton sommeil et j'aurais mieux préférerais n'avoir jamais à assister à cela.. Il y a du café sur la table, et qu'on soit bien d'accord ce n'est pas un service que je te rend, tu auras l'obligation de faire ce que je veux quand je veux au moment où je te le demanderais et ma présence aujourd'hui s'échelonnera à 15£ de l'heure.. Et si t'es pas content je peux aussi bien partir. » Elle s'était avancé vers la table basse et avait attrapé un journal avant de s'assoir sur le sofa.

« Et si tu veux que je t'aide, je veux également tout savoir de cette histoire... »

Outch, ça c'était du réveil ou on ne s'y connait pas..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Mer 17 Sep - 2:57

Le gosse avait fini par s’endormir, et Adam aussi, même si, dans le cas de Gallagher Senior, ça avait pris un peu plus de temps, beaucoup trop préoccupé qu’il avait été, à ressasser la soirée. Pire que tout, le petit, avant de s’endormir, n’avait pas cessé de gazouiller les phrases les plus traumatisantes possible, pour un Gallagher : il se félicitait d’avoir un père, d’avoir « une chouette maison pleine de penny », et de dormir dans un tee-shirt qu’il avait trouvé « trop cool », et qu’il n’avait cessé d’admirer.
Il avait passé la nuit à s’agiter dans la pièce, pas si grande que ça, prenant garde à ne pas réveiller le gosse, puis s’énervant contre lui-même, parce qu’après tout ça n’était pas son problème… Une fois, même, vers les trois heures, il s’était arrêté pour contempler ce petit visage parfaitement détendu, tentant d’y repérer ses propres traits. C’était terrible, ce poids qu’on lui avait apporté, et il avait passé la nuit à tenter de trouver une solution. Il n’y en avait aucune, sinon celle de retrouver la mère du gosse. Sans déconner, c’était impossible qu’il soit son fils… Il ne lui ressemblait pas du tout. Il était blond : depuis quand Gallagher était-il blond? Et il était petit. Ah-ah. Merde. Mauvais exemple, ça finissait toujours par grandir, un gosse…

Et lui, avait finit par plonger dans le sommeil, assis en bout du canapé dans lequel dormait déjà profondément le gosse. Un sommeil agité, certes, qui dura, quoi, deux heures?

« Keeeen ! »

Le jeune homme ne bougea pas, encore plongé dans les méandres d’un sommeil tourmenté. Il était encore dans cet état second, où il était impossible de faire la différence entre rêve et réalité.

« Woooah ! Mais, qu'est-ce que tu fais ici. T'as des pouvoirs magiques c'est ça hein ? »

Il se demanda pourquoi un gosse venait faire irruption dans son rêve. Impossible de se souvenir pourquoi il était si fatigué, surtout qu’il allait pas tarder à devoir aller au boulot, non? Le jeune homme commençait à s’agiter dans son sommeil, comme l’aurait fait toute personne se réveillant la conscience tranquille et…

Il ouvrit les yeux, le souvenir des huit dernières heures revenant le hanter. La première chose qu’il vit fut Kenzie Stewarts, se pencher à coté de lui pour attraper un journal, la voix de la jeune femme emplissant l‘espace, et racontant des trucs qu‘il ne pigeait pas très bien.

« … Quinze livres de l’heure? »
« Et si t'es pas content je peux aussi bien partir »

Elle était rentrée comment au fait? Putain, l’appart était vraiment peu sécurisé. Habituellement, le jeune homme prenait la peine de caler un truc sous la fenêtre avant de se coucher, mais ça lui était complètement sorti de l’esprit, avec… Toute cette histoire.
Passant une main fatiguée sur le contour de sa bouche pour étouffer un bâillement, il sentit un début de pilosité naissante. Le jeune homme n’avait pas tout à fait réalisé la présence de la jeune femme ici, mais, lorsque enfin son regard se posa sur l’enfant, lequel, toujours vêtu du Tee-shirt de Gallagher qui lui tombait presque sur l’épaule, lui tendit du café avec un sourire éclatant, lui donna soudain envie de planquer sa tête entre deux coussins à la manière des autruches.

Au lieu de ça, il attrapa le gobelet que le gosse lui tendait (« Merci ») et répondit ensuite à Stewarts :

« Je… Euh… »

Mais vous vouliez qu’il raconte quoi, au juste? A cette seconde précise, son état était entre la reconnaissance profonde pour Stewarts, la fatigue et la peur. Il avait en effet très peur de retrouver indéfiniment avec l’enfant, car qui sait si la mère était encore dans les parages? A cette seconde précise, heureusement, il n’était plus seul pour supporter ça, même si c’était sûrement provisoire.
Il devait être super tôt, tout de même, car à l’extérieur il faisait toujours nuit. Et après cela, ils allaient devoir tenter de réparer les conneries de Daria. Mais pour le moment, Stewarts l’observait de son regard perçant, attendant une explication.

« Ya pas grand-chose à dire… Sa mère, Daria… elle agit sur des coups de tête… Faut pas que tu croies que j’aie abandonné… Euh… Enfin, j’étais pas au courant avant-hier… Et elle habitait à Liverpool… »

Il passe la main dans ses cheveux et absorbe ensuite une gorgée de la boisson qu’il tenait. Profitant du fait qu’ils soient absorbés dans une discussion, Ethan se glissa entre eux, avec un petit sourire ravi.

« Mais je comprend pas pourquoi elle me fait ça… Elle me connaît, et elle savait très bien que mon père… »

Il s’arrêta, se souvenant qu’il s’adressait à Kenzie Stewarts, et que cette dernière ne connaissait pas sa vie. D’ailleurs, elle n’était pas supposée être ici, puisqu’ils n’étaient pas amis. Et pourtant, elle l’écoutait. Et comme toujours, dans ce genre de situation, Adam se sentit plutôt con. Ou plutôt, confus. Il baissa la tête.

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Mar 23 Sep - 18:30

Kenzie dardait un regard sur le journal entre ses mains, jambes croisées, elle écoutait d'une oreille le discours que venait d'entamer Gallagher, sans prendre la peine de le regarder une seule fois. Si elle feignait la distance, c'était simplement pour ne pas qu'il pense qu'elle s'impliquait en quelconque manière dans cette histoire, comme elle l'avait répétée mainte et mainte fois depuis la veille, cela n'était pas ses problèmes. Elle était là pour une seule raison ce résumant au fait qu'après cela, ce mec lui devrait une dette si monumental que ce n'était pas le genre de deale à négliger. Sans compter les 15£ de l'heure, elle mettait sa main à couper que même la prostitution ne payait pas autant. Et n'y a t-il pas un proverbe qui dit « Soyez proche de vos amis et d'autant plus de vos ennemis. » ? Le gamin jouait avec une boule de neige posée sur la table basse tandis que Kenzie tournait les pages, faisant glisser ses yeux sur les mots sans réellement s'y tenir mais à l'entende de la phrase qui suivit, elle leva un sourcil, baissa d'une traite les feuilles de papier qu'elle tenait fermement dans les paumes de ses mains et s'efforça d'écouter la suite.

« Mais je comprend pas pourquoi elle me fait ça… Elle me connaît, et elle savait très bien que mon père… »

Son père ? Elle ne saisissait pas franchement ce que son père venait faire dans cette histoire, Gallagher n'était tout de même pas le genre de type à suivre les directives d'un père un peu trop autoritaire et possessif, si ?

« Qu'est-ce qu'il se passe avec ton père ? » lâcha t-elle rapidement, pressée de l'entendre lui exposer le fait que son père n'approuverait pas cet enfant et tout ce qui s'ensuit. Qu'il ne pouvait pas le garder parce qu'il ne voulait pas être le déshonneur de sa famille, qu'il ne pouvait pas se permettre d'être rayé du carnet de famille et bla, et bla et bla.. Vous voyez le genre.

« Tu sais, sans vouloir jouer les donneuses de leçon, même si ma mère mourrait à coup sûr d'une syncope rien qu'à l'idée d'être la nouvelle source de commérage à cause de sa pauvre pauvre fille ingrate.. Elle verrait son honneur mis à bas à chaque brunch du dimanche matin parce que Kenzie Stewarts sa fille à peine majeure est enceinte de jumeaux en Europe, faux les jumeaux parce que l'un des père n'est autre qu' un fermier irlandais et roux qui vit dans une coopérative agricole et que le père du second enfant, lui est un dealeur noir rencontré dans un ghetto de Manchester. Parce que de toute manière, les gens racontent toujours ce qu'ils veulent tu sais.. Bref, même malgré tout cela, je ne laisserais personne me dire ce qui est bien ou mal pour moi et encore moins me dicter mes actes. Oui, j'assumerais ces enfants même s'il serait comme toi légèrement exhorté de sources cérébral et.. grand et.. bête et.. enfin tu vois là où je veux en venir Adam.. Tu devrais plus t'écouter et cesser de faire gaffe à ce qu'on pense de toi.»

Pour une fois que Kenzie voulait aider, elle était complètement à côté de la plaque.
Techniquement ce monologue n'avait pas but d'être comique en soit mais on vous jure que face à la situation et à son délire matinal sur sa maternité potentiel, on ne pouvait qu'être dérouté et se demander quel est le problème de cette fille. Sérieusement, c'était quoi son problème ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Mer 24 Sep - 23:53

Si Kenzie espérait que Gallagher ne l’impliquerait en aucun cas dans cette histoire, elle se trompait. A cette minute précise, il la considérait comme sa sauveuse, et si son esprit n’avait pas été aussi brumeux, rien ne pouvait garantir qu’il ne l’aurait pas serrée dans ses bras tant il était reconnaissant. Chose qui, on pouvait le deviner, les auraient menés à des pensées beaucoup moins catholiques que « débarrassons nous de ce mini-humain », etc., etc. Ils étaient loin de penser à cela, de toutes manières, du moins Adam était à des millions de lieues de s’imaginer avoir le moindre contact humain avec Stewarts, ayant visiblement compris où pouvaient le mener une nuit d’égarement. Le résultat de ce moment passé avec Daria était à l’instant en train de feuilleter un livre de chimie à l’envers en prenant des airs profonds et en murmurant des phrases que lui-même comprenait.
« Qu'est-ce qu'il se passe avec ton père ? »

Vous savez qu’Adam n’était pas du genre à s’épancher, preuve en était faite qu’en quatre ans d’Harper, une seule personne était parvenue à connaître un minimum de sa véritable existence. D’ailleurs, en aucun cas il n’avait eu l’intention de raconter ses histoires personnelles à Kenzie Stewarts, par pudeur, puisqu’il ne désirait pas qu’elle le prenne en pitié, et non plus parce qu’il la considérait comme un sombre obstacle à son existence. Cela expliquait pourquoi il s’était arrêté en pleine phrase, se rendant compte qu’il était hors de question pour lui de parler de Devlin Gallagher à la jeune femme, même en ces temps difficiles.
Mais son petit discours moralisateur, lui rappelant au passage que Stewarts serait toujours Stewarts, ne manqua pas de l’irriter au plus au point. Il devait certes être reconnaissant envers la jeune femme, mais de là à s’entendre raconter un tel ramassis de conneries… Du moins, après qu’il ait compris que la jeune femme n’était pas véritablement enceinte de deux enfants de pères différents, ce qui n’aurait pas arrangé son affaire, vous comprenez bien.

Il ouvrit la bouche, près à lui hurler dessus, avant de se souvenir qu’elle n’y était pour rien. Qu’elle ne pouvait pas savoir qu’il aurait tué pour avoir un père qui se souciait assez de son gosse pour avoir le temps de lui faire la morale, et ce pour d’autres raisons que parce qu’il avait osé préférer rester lire un journal que d’aller trouver un job… à l’age de six ans. Et que, si la mère de Kenzie s’inquiétait de savoir ce que l’on pensait de sa fille, son propre père à lui ne se souvenait sans doute pas qu’il avait jour eu un enfant.

Peut-être que le regard qu’il jeta à Stewarts avait été un peu virulent, mais il était difficile de contrôler des réactions spontanées. Toujours fut-il qu’au lieu de lui hurler dessus, il cacha son visage de ses deux mains, prenant une lente respiration. Avant de lâcher d’un calme froid, tout en regardant devant lui :

« J’allais dire qu’elle savait que mon père est un salaud lâche et égoïste, et que je suis sans doute pareil que lui. Mais c’est peut-être pour ça qu’on finit toujours par se croiser, Stewarts : parce que tu as vu chez moi dès le début ce que Daria n‘a visiblement pas compris. »

Déposant le gobelet sur la table basse, il se leva, la mâchoire crispée, et se dirigea vers la porte donnant sur la mini-salle de bains.

« Je vais… je reviens. Et après ça, on verra ce qu’on peut faire de… Lui »

Visiblement, l’idée de se rafraîchir les idées s’imposait. Littéralement, car un problème de plomberie aidant, le jeune homme n’avait pas d’eau chaude dans son appartement.

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Dim 28 Sep - 2:33

Impossible de cacher l'engageante hostilité qu'ils se vouaient mutuellement. Même si cette situation aux abords presque amicaux avait de quoi surprendre toutes les personnes qui aurait pu tomber sur ce petit spectacle, les aguerri eux, ne tomberaient certainement pas dans le panneau de la gentil parfaite famille réunie autour de la cheminé. Cétait d'Adam Gallagher et Kenzie Stewarts qu'il s'agissait bordel ! Et de toute manière il n'y avait pas de cheminé ici..Chassez le naturel il revient aussi vite au galop, le regard que venait de jeter le jeune homme à l'américaine était tout ce qu'on pouvait faire de moins fraternel, elle avait bien saisi le message qui se résumait à un « boucle là » mais c'était ça le deal, il voulait qu'elle reste ? Elle voulait tout savoir. Non pas que les déboires sentimentaux de l'ex capitaine de l'équipe de foot d'Harper l'intéresse un tant soit peu, elle cherchait simplement à nourrir une curiosité tout ce qu'il y a de plus.. humain et surtout à combler les blancs de la conversation. Ouai, ouai.

« J’allais dire qu’elle savait que mon père est un salaud lâche et égoïste, et que je suis sans doute pareil que lui. Mais c’est peut-être pour ça qu’on finit toujours par se croiser, Stewarts : parce que tu as vu chez moi dès le début ce que Daria n‘a visiblement pas compris. »


Hum. Daria. C'était donc ça le nom de la mère du gamin, Key reporta son attention sur l'enfant qui était sans nul doute la personne la moins bouleversée par le récent cour des événement présente dans cette pièce.

« Je vais… je reviens. Et après ça, on verra ce qu’on peut faire de… Lui »

C'est vrai qu'il finirait tôt ou tard par réclamer la présence de sa mère, il vivait pour l'instant cela comme une jolie petite aventure qu'il pourrait raconter à ses copains au jardin d'enfant : le jour ou j'ai rencontré mon papa et une fille au super pouvoir capable de se téléporter partout... Ethan venait d'accourir vers la fameuse casquette d'E.T

« T'as vu Ken, je l'ai pas perdue ta casquette ! Tu crois que je peux la mettre aujourd'hui dis ? Hey, il part où Ada..Pap.. en fait tu crois que j'ai le droit de l'appeler papa ou pas ? Parce que maman, elle a dit que j'allais chez mon papa, elle est belle ma maman, elle a des cheveux comme toi mais toi on dirait un gros pétard tes cheveux alors que maman ils sont bien brillant. Maman, elle dit que Papa il est amoureux d'elle et qu'il est gentil. Maman, elle le connait depuis que Papa il est petit comme moi mais moi j'étais pas né.. je crois. Parce que je me souviens plus. J'arrive pas à l'accrocher la casquette Ken. Tu l'as déjà vu E.T en vrai ou pas ? Parce que lui il sait voler et comme toi tu es rentré par la fenêtre en volant, peut être que vous vous êtes déjà croisé dans le ciel... mais tu l'as peut être pas reconnu.. non ? »

Son cerveau avait bloqué sur la notion de « gros pétard ». A vrai dire, elle n'était plus tellement certaine d'aimer les gamins tout compte fait, il parlait encore, et encore, et encore.. En fait, il lui rappelait vaguement quelqu'un, cette fille dont étais épris Térence à l'époque d'Harper.. L'ex de Gallagher d'ailleurs, mais elle ne s'appelait pas Daria à ses souvenirs.
Stewarts se demandait sérieusement de combien de fille ce mec était tombé amoureux dans sa vie. C'était assez bizarre dit comme ça.
En parlant de lui, vous pensiez qu'Adam Gallagher était le genre de garçon à tenter de se suicider sous le coup de la pression ? Parce qu'il était enfermé dans cette salle de bain depuis un bon moment tout de même, elle se leva donc pour frapper à la porte.

« Hey ! Ça va ? Gallagher, ne m'oblige pas à forcer cette porte, sors de là maintenant. Ils font qu'on parle. Tu sais... à propos de ce.. ce truc dans ton salon... Au fait, tu n'as plus de nouvelle de cette fille, Karen Steevens. Elle pourrait peut être t'aider elle, je pense qu'elle est plus apte à s'occuper d'enfant que toi et moi réunis, surtout qu'il est du genre précoce pour un enfant de cet âge, son débit de parole est assez monumental.. »
Elle s'était appuyée dos au mur adjacent et trifouillait une frange accroché à son jeans sur sa cuisse.
« Après tout, tu n'es pas .. » elle se releva surprise que la porte s'ouvre enfin.. « euh.. pudique.. » bafouilla t-elle.
Visiblement non, vu l'état dans lequel il était sorti à savoir le torse comme qui dirait légèrement nu.

« T'aurais pas pu t'habiller à l'intérieur ? » abboya Kenzie agacée..

Au même moment, la sonnette de la porte retentit.

«J'y vais.. » déclara-t-elle, pressée de s'éloigner rapidement de toute surface nu du corps de ce garçon avant de n'être contrainte de rendre le récent petit déjeuner ingéré.
Mais si elle avait su sur quoi elle aller tomber, on peut vous assurer qu'elle aurait ralentie le mouvement.

« Wooooaaah ! Mec, tu m'avais pas dis que t'avais décroché le Jackpot. Woooaaaah Mec, c'est qui celui là ? Non. Toi ? Et.. Elle ? Wooaaah mais bordel mec !! T'aurais pu me prévenir ! Je suis censé être ton meilleur pote non ? T'as oublié que j'arrivé le 12 ou quoi ? Je comprends mieux pourquoi t'as pas eu le temps de venir me récupérer à la gare ! Heureusement que vous avez des bon chauffeur de taxi dans le coin. La France, c'est carrément dément ! Putain Gallagher, ça me fait archi plaisir de te ! »


Non. Vous ne rêvez pas ! Kenzie venait de se faire éjecter de la porte et littéralement ignorée par le nouvel arrivant. Et pour faire taire le suspens, on vous dira que cette crinière blonde et ce léger accent français ne lui était pas vraiment inconnu. On vous le donne en mille Achille made in Harper venait de débarquer ici dans le salon pour notre plus grand plaisir. Kenzie était restée assez stoïque par la tournure que prenait tout cela.


« Gallagher, tu peux préciser à ton ami que mes deux oreilles sont en très bonne état et qu'étant présente dans la même pièce que lui je suis apte à recevoir les donnés qu'il transmet ? »

« Wombat, elle est coriace ta nana, mec. »

Encore heureux pour ce bon vieux Achille que les coups et blessure hors cas de légitime violence était puni par la loi, sinon..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Dim 28 Sep - 3:28

Et voilà. Adam Gallagher en mode martyr, Acte IV, scène X. Le dos à la porte de la salle de bain, le jeune homme maudissait sa terrible manie de paraître à chaque fois plus misérable aux yeux de Stewarts. Non qu’il se soucie de son avis mais… Enfin, à force, ça commençait à suffire. Mais en même temps, qui blâmer pour la vie qu’il avait menée? C’était un fardeau qu’il devait supporter chaque jour, et qui visiblement, devenait de plus en plus lourd au fur et à mesure que le temps passait. Hourrah, il n’était pas sorti de l’auberge alors.
Tendis qu’il se livrait à ses ablutions, le jeune homme se demandait comment il pourrait faire pour se sortir de là. Le petit garçon ne devait pas connaître grand-chose des habitudes de sa mère, qui de plus n’était pas, jusqu’aux dernières nouvelles, une habituées de Cambridge. Non, les habitudes de Daria avaient leur terrain de jeu à quelques milliers de kilomètres de là, à Liverpool, et il se demandait comment grand diable avait-elle réussi à retrouver sa trace. Bon sang.

Etc.

«
Au fait, tu n'as plus de nouvelle de cette fille, Karen Steevens. Elle pourrait peut être t'aider elle, je pense qu'elle est plus apte à s'occuper d'enfant que toi et moi réunis, surtout qu'il est du genre précoce pour un enfant de cet âge, son débit de parole est assez monumental..
»

Alors qu’il achevait de s’habiller, le jeune homme, un peu plus frais que quelques minutes plutôt, reçu comme un coup au cœur en entendant prononcer le nom de Karen. Ah, c’est vrai que Kenzie la connaissait. Adam n’avait pas eu de nouvelle d’elle depuis… Des siècles. Enfin, des mois. Étrange de penser, l’espace d’un instant, que si il appelait Karen, elle allait effectivement débarquer avec son grand sourire et son flot de paroles, en moins de temps qu’il fallait pour le dire. Ben voyons.
Non qu’il soit toujours amoureux de Karen. Mais la jeune femme était le genre de personne dont il était impossible de se détacher complètement, et qui avait longtemps été la personne se rapprochant le plus d’une famille pour lui. Stewarts parvenait avoir choisi sa journée pour déterrer les trucs les plus déprimant de son existence, visiblement.

Ouvrant la porte peut-être un peu brusquement, il allait pour sortir quelque phrase désagréable lorsque la sonnette de l’entrée se fit entendre. Espérant pour un miracle, il fit glisser la porte coulissante qui cachait un petit placard pour attraper un Tee-shirt, lorsqu’une voix familière se fit entendre.



Achille, ne venait-il pas de s’exclamer « Wombat » d’un air entendu? Gallagher en resta perplexe.

« Oh, mais c’est qui lui, hein? Papa? Ken? C’est qui? »

Évidemment, alors qu’Achille prenait le temps de respirer entre deux grappes de mots, le petit Gallagher venait de prendre le relais. Un peu dépassé par les évènements compte tenu du monde qui s’accumulait à présent dans à peine 15 mètres carrés, Gallagher donna l’accolade à son meilleur ami qu’il avait en effet complètement oublié, et le laissa s’exprimer avec Gallagher junior, lequel était en train de lui donner sa version des faits, sous les regards presque inexpressif d’Adam et de Kenzie, lesquels avaient pris place presque machinalement sur le canapé.

Achille, qui avait attrapé le gobelet de café autrefois délaissé par Adam, était en train d’écouter le discours du petit garçon, et, lorsque celui-ci eut fini, il répondit en serrant la main d’Ethan :

« Whoah.. Quelle histoire, mini-mec, heureusement que je suis là pour vous sauver.»

Parce qu’il était devenu genre psy, en si peu de temps peut-être?

« Mais ça veux dire que toi et Stewarts vous êtes pas encore ensemble? »

Hochement de tête négatif des deux parties concernées.

« Ah. En tous cas les mecs, je sais pas de qui vous parlez, mais si la Daria du gosse est la même bombe que j’ai croisée à la gare en arrivant - d’où mon retard-, son train pars à 9 heures »

Enfin, il obtint une réaction

« Comment ça, ‘la même Daria’. Tu as vu Daria? »
« Ouais ouais… Enfin, je sais pas si c’est la tienne, mec, t’as vu pour moi les filles sont les même, comme la fois où… »
« H… »
« Ouais pardon. Mais euh ouais, une blonde hyper bien roulée, qui était en train de pleurer, et qui avait genre un petit gilet qu’elle tenait contre elle, et moi j’étais là : ‘c’est bizarre quand même qu’elle veuille mettre un truc avec une fusée tricotée dessus »
« Oh mais c’est mon pull à moi! C’est mon préféré!!! »
« Ouais normal, il déchire, mini-mec »
« Achille, continue »
« Et genre, elle m’a raconté qu’elle avait laissé son gosse à son père parce qu‘il avait de l‘avenir, et moi j’me disais ‘nan mais elle est trop bien roulée pour avoir eu des enfants’, et j’essayait de la calmer, tu vois pour qu’on puisse… »
« Ouais. Ok. Faut qu’on aille trouver alors mec »

Parce que c’était pas tout, mais le réveil indiquait 8 heures et quelques.
Achille. Ou le garçon le plus imprévisible du monde. Et qui venait de sauver la vie d’Adam. Enfin… Peut-être n’était-ce pas d’elle qu’il parlait. Imaginez un peu qu’ils se pointent à la gare et que Daria ne soit pas… Daria? Gloups.

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Mar 30 Sep - 18:27

Assise sur l'étroit canapé, l'américaine contemplait l'œil absorbé le spectacle qui s'offrait à ses yeux, il était évident que le nouveau protagoniste souffrait d'hyperactivité ou d'un quelconque symptôme du genre vu la cadence à laquelle il gesticulait. C'était toujours très bizarre de retomber sur d'ancienne connaissance et de se rendre compte que finalement rien n'avait vraiment changé. Dans tout les cas, elle se demandait bien à quoi tournait le pote de Gallagher, puisqu'en l'occurrence elle aurait bien eu besoin de la même chose.

Gallagher venait de prendre place à ses côtés sur le canapé, Kenzie écoutait le gosse expliquer à Achille 'comment il avait recherché son papa dans une taverne ou un grand ogre barbu lui avait fait très peur et que tout ça c'était grâce à la fille du cinéma qui fumait une cigarette qui sentait très mauvais et puis comment comme par magie à son réveil le même Papa que lui avait montré sa maman sur la photo était arrivé dans l'escalier au moment où il avait ouvert les yeux et qu'après il avait dormi dans ce super t-shirt de foot et que le matin Ken avait apparu assise sur le bord de la fenêtre alors que quand il c'était endormi elle était même pas là '

« Mais ça veux dire que toi et Stewarts vous êtes pas encore ensemble? »

Stewarts avait levée un sourcil et lancée un regard plein d'onde négatives à Achille - l'air de dire « What the Fuck » - avant d'hocher rapidement la tête négativement. Il fallait qu'on lui explique là, parce qu'elle ne saisissait pas vraiment ce qu'une telle question venait foutre ici, Gallagher et elle ne s'était jamais tourné autour d'aucune manière qui soit ou si c'était le cas son inconscient en avait rapidement fait abstraction, ils n'avaient jamais démontrés aucune trace de micro intérêt l'un envers l'autre. Autant essayer de caser un lion et une girafe – lui étant la girafe -.

« Ah. En tous cas les mecs, je sais pas de qui vous parlez, mais si la Daria du gosse est la même bombe que j’ai croisée à la gare en arrivant - d’où mon retard-, son train pars à 9 heures »

Euh.. Kenzie ne saisissait pas bis. Toute cette histoire était complètement irrationnel.

Elle était restée silencieuse depuis un moment mais au moment où Gallagher décréta qu'il fallait se rendre à la gare, elle se leva

« Attendez je marche pas. Si vous croyez que je vais resté sagement ici à jouer les nounous vous délirez les mecs, je viens. »

Achille qui n'avait pas l'air très emballé par l'idée ne tarda pas à le faire savoir.

« Non mais je crois pas que.. c'est une très bonne idée de trimballer le gosse. »

« Écoute-moi bien, j'ai dis que je venais alors je viens. T'as qu'à rester toi.. »

« Hey mec, tu la laisses me parler comme ça ? »

Qui de cette bande était le moins mature.
Le trajet vers la gare avait semblé bien court, normal Kenzie et Achille avait passés le quart du temps à s'engueuler ce qui n'avait pas aidé Gallagher à évacuer le stress on en doute pas..

« Ton copain à plutôt intérêt de dire vrai et tu ferais mieux de la retrouver parce que ça devient dingue tes plans foireux Gallagher et j'en ai marre de tout le temps me retrouver coincé dedans ! Hein. Souviens toi de cette femme enceinte sur le point d'accouché en plein milieu d'une panne de métro durant la canicule de l'été dernier, qui était là ? C'était moi. Et qui à du se coltiner la vision d'une certaine prof de mathématique qui se paye du bon temps avec la secrétaire du directeur de notre ancien bahut ? Encore moi, sans compter le fait que tu t'es lâchement tiré et que je me suis à l'époque retrouvée avec un bras dans le plâtre. Sans compter cette fameuse nuit à Liverpool. Il ne faut pas être prix Nobel pour constater que t'es égal à dix puissance une centaine de plan foireux et bizarrement je suis toujours dans les parages quand le ciel décide de te tomber sur la tête. »

Même si cela avait l'air de reproche, même si cela avait la couleur de reproche et l'odeur de reproche, ce n'était pas des reproches mais une constatation c'est tout.

Arrivés là bas, Kenzie avait embarquée Ethan avec elle dans une boulangerie le temps que les deux autres mettent la main sur la fameuse Daria. Une fois n'est pas coutume, ils étaient tout trois d'accord sur le fait qu'il ne valait mieux pas que le petit assiste aux « retrouvailles » entre son père et sa mère tout de suite. Si sa mère ils retrouvaient un jour.

« Franchement mec, je sais pas ce que tu lui trouves à cette fille là. J'ai jamais vu une nana aussi casse pied ! Et pourtant j'en ai vu des nanas.. Elle est canon, mais ce qu'elle est casse-pieds ! Non mais sérieux comment tu fais pour la supporter ? Mais non, je parle de Stewarts ! Elle avait l'air cool Daria, heureusement que c'est avec elle que t'as fait un gamin parce que l'autre là, elle est complètement folle cette furie. Sérieux mec et elle parlait de quoi là pour cette histoire de métro ? En plus c'était elle qui avait volée mon portable non ? Tu ferais bien de surveiller tes fréquentations... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Adam Gallagher

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 06/01/2008
Localisation : L'horloge

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Lun 6 Oct - 1:37

Il n'y avait qu'Achille pour sortir une information de première importance au moment ou personne ne s'y attendait. Si Adam avait maintes fois eu la preuve que le monde était petit, sans doute pouvait-il tout de même reconnaître qu'il avait là une chance dans sa malchance. Retrouver Daria si vite était une aubaine... Enfin, rien ne prouvait pour le moment qu'il l'avait retrouvée. Et malgré les preuves flagrantes, qui ne disait pas que deux femmes cinglées se promenaient avec un gilet bleu qui avait une fusée sur le devant, et qui abandonnait son gosse dans les mains de personnes à peine capables de s'occuper d'elles mêmes?
En attendant, et ce, même si personne dans cette pièce ne paraissait s'en rendre compte, ils étaient un peu pressé par le temps, Adam n'ayant qu'une idée en tête, se débarasser de l'enfant. Mais H et Stewarts, beaucoup trop occupés à se prendre la tête, avaient l'air d'avoir complètement zappé l'ordre des priorités.
Si bien que le jeune homme, se surprit à attraper Ethan, à lui enfiler les vêtements qu'il avait la veille (« Je veux garder ton tee-shirt papa! S'il te plaît? »), puis à le hisser sur sa hanche avec une rapidité et une aisance qui l'aurait sans doute traumatisée si il n'avait pas été si pressé de se tirer de là. Tant qu'il ne s'en rendait
pas compte, tout irait bien dans le meilleur des mondes.

« Hey mec, tu la laisses me parler comme ça ? »

Comme réponse, Achille eut droit au claquement de la porte, Adam avait prit la poudre d’escampette, dévalant les escaliers avec le gosse sous le bras. Mais à peine quelques secondes plus tard, voilà déjà que les deux autres étaient à ses cotés. Il était vrai qu’il leur devait tout de même beaucoup. Mais pas maintenant. Tout ce qu’il voulait, c’était de libérer le poids qu’il avait littéralement sur les épaules, et se débarrasser de l’enfant, qui était en train de lui gazouiller ses conneries dans l’oreille. D’ailleurs, sans même sans rendre compte, Adam y prêtait quelque peu attention, y répondant par des grognements plus ou moins expressifs :

« Ooh, c’est marrant de voir les choses de haut comme ça Papa, tu trouves pas? Ça doit être biien de les voir comme ça tout le temps! Tu les vois tout le temps comme ça, toi? Ou tu descends de temps en temps? Ben nan, puisque tes jambes tu peux pas les enlever, hi hi! Ooh, et tes cheveux, c’est marrant, ils sont courts! Et pas de la même couleur que moi! Maman a dit que tu me ressemble, mais moi je trouve pas! J’aimerais bien être grand comme toi, plus tard, hein? »

« …Il ne faut pas être prix Nobel pour constater que t'es égal à dix puissance une centaine de plan foireux et bizarrement je suis toujours dans les parages quand le ciel décide de te tomber sur la tête »

Ça, c’était la fin du discours que Stewarts venait de lui cracher, comme un venin. Alors que Achille marchait de l’autre coté de sa personne, ayant finalement compris qu’il ne se disputerait pas (ou, beaucoup moins), avec Kenzie, si cette dernière n’était pas à coté de lui.

« Désolé »

Quoi? Il venait de s’excuser là, non? Alors qu’elle venait de lui mettre sur le dos tout ce que lui-même lui reprochait depuis qu’ils étaient ensemble. Enfin, non, ils n’avaient jamais été ensemble, mais vous me comprenez… Il fallait dire qu’il était fatigué. Mais aussi, qu’il appréhendait pas mal de revoir Daria. Imaginez un peu si elle n’était pas là? Si ils ne la retrouvaient jamais? Il ferait quoi? Il devrait garder le gosse, non? Et en plus, jamais personne n’aurait la folie de laisser un gamin de 3 ans à un type comme lui, même si il était son fils…

Euh, n’importe quoi. Il n’avait pas l’intention de garder cet enfant. Qui n’était pas le sien.

« Ah nan mais t’as vu comme elle te parle? Elle se prend pour qui, si c’est pas ta meuf, sans déconner? D’ailleurs, c’est vrai que depuis le temps t’aurais pu en profiter pour la zozer, sérieux. Une femme enceinte? Tu m’as pas raconté, ça, faudrait peut-être que t’arrête de laisser traîner tes hormones partout mec, sérieux! »

Enfin, ils arrivèrent à la gare, au grand soulagement de Gallagher. Quelques minutes plus tard, le gosse fut remis à Stewart étonnamment rapidement, et les deux garçons se dirigèrent vers l’endroit.



Ah ouais, c’est vrai qu’elle avait piqué le portable d’Achille.

« J’ai jamais demandé à avoir de gosse, tu te rappelle?! » S’exclama-t-il un peu violemment après la remarque de son ami. Regrettant immédiatement de s’être énervé sur Achille, alors qu’après tout, ce dernier était le seul qui ne l’avait jamais laissé tomber, il répondit ensuite, plus calmement :

« Et puis tu sais, Stewarts est beaucoup moins chiante que ce qu’on pourrait le croire. Enfin, c’est vrai qu’elle est pas mal tête à claques, mais… »

Ils poussèrent au même moment la porte de la gare. Et puis… Adam se mit à regarder frénétiquement autour de lui. Daria ressemblait à quoi, maintenant? Est-ce qu’elle avait changé? Ça faisait si longtemps qu’il ne l’avait pas vue… Et elle était si étrange… Mais le Hall était presque désert, à une heure si matinale. Vaste, certes, mais on ne pouvait pas dire qu’une jeune femme y serait passée inaperçue…

« Putain de merde! »

S’exclama Gallagher, de rage, au bout d’environ cinq minutes, s’imaginant déjà devoir parcourir toute la ville à la recherche de Daria.

« Oh, mais oh, mec! C’est elle, là bas! »

A l’extérieur de la gare, alors qu’ils revenaient des quais, ils virent la jeune blonde traverser la rue d’un pas pressé. L’air anxieuse, les mains croisées contre sa poitrine, elle revenait visiblement d’une boutique proche. Putain… C’était pas… Si. Daria.

Cinq secondes plus tard, Adam s’élançant dans la rue, l’avait attrapée par le poignet un peu violemment. Après avoir poussé un petit cri, elle releva la tête pour reconnaître Adam. Face à face, le jeune homme détaillait le visage fin et pâle de la blonde, aux cheveux beaucoup plus courts que dans son souvenir. Elle avait l’air fatiguée, des cernes creusaient ses traits, et, après l’expression de peur qui avait traversée son visage, il vit un sourire s’installer sur son visage.

« Adam… Oh… C’est donc toi! »

Bien sûr que c’était lui, bon sang! Elle avait levé la main, la posant sur la joue d’Adam, le caressant lentement comme quelqu’un qui retrouvait un vieil ami.

« Tu n’as pas changé… ou plutôt, si… tu es plus beau… »
« Tu m’as laissé ton gosse sur les bras… »
« C’est aussi ton enfant, Adam, tu te souviens de ce fameux soir? Tu es venu dans ma chambre, et tu t’es blotti contre moi. J’étais la seule personne que tu avais sur terre, n’est-ce pas? Maintenant, tu as Ethan.. »
Lui attrapant le poignet, il l’éloigna de son visage, mais alors qu’il ne s’y attendait pas, voilà que la jeune femme posait déjà sur ses lèvres un baiser fougueux.

« Mec, tu fais quoi? On avait dit qu’elle était à moi! On a qu’a aller faire la fête quelque part, et Stewarts gardera le gamin pour nous! »
Putain. Voilà qu’Adam s’était laisser emporter par un vulgaire baiser, qui avait un goût d’autrefois.

« Quoi? Qui est Stewarts? Et qu’est-ce qu’il fait là, lui? »

Au même moment, Kenzie, qui sans doute avait pensé que l’affaire était réglée, sortit de la boulangerie avec Ethan.

« Tu as confié mon bébé à ta pouffe! Comment as-tu osé, espèce de… »

_________________
icon:oiwai@lj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Malone
Admin Nosey | 'La Fouine'
avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 14/12/2007

Votre Dossier
Scolarité:

MessageSujet: Re: Back street kid | G |   Mer 15 Oct - 0:18

Stewarts se traînait le gosse derrière elle depuis pratiquement vingt minutes et en plus de cela ses nerfs venaient d’être échaudés par cet espèce de blond amorphe. Elle avait traînée devant la gare pour finalement s’échouer sur le dossier d’un banc. Ce mec était un ramassis de connerie ambulante, sincèrement comme si avoir à passer du temps avec Adam Gallagher n’était pas suffisamment contraignant, il avait fallu en plus de cela que son demeuré de meilleur ami soit de la partie
Ce n’était pas un scoop, Kenzie Stewarts n’avait jamais portée dans son cœur la petite bande de bourgeois d’Harper à laquelle appartenait les deux garçons. Manifestement Gallagher avait menti sur la marchandise, ce qui en soi, si vous vouliez son avis était d’autant plus avilissant. Lui et ses potes passaient leur temps à traiter les autres élèves de manière sordide sous prétexte qu’ils n’étaient pas issus du même monde, alors que finalement la petite mascotte qu’était Gallagher à l’époque n’était rien de moins qu’un pauvre type, sans le sou.

Dis, tu sais toi quand elle va revenir ma maman Key ? Papa va être content de la voir tu crois ?

La jeune femme baissa les yeux vers le petit, assis à ses pieds. Elle en avait presque oubliée la présence de ce Gallagher Junior.
Elle répondit un peu trop spontanément,lrs mots se bousculant à ses lèvres

« Ecoute, ta mère s’est tiré.. Tu vois, c’est comme ça chez certains êtres humain
. Il y a quelque chose qu’on appel l’instinct familial certain l’on et certain ne l’on pas. C’est un peu comme chez les animaux. Il y a Scare et il y a Moufassa. Tu me diras, pourquoi faire des enfants si tu es Scare ? A vrai dire.. Je ne sais pas pourquoi Scare à fait des enfants. Les mecs comme lui ne devraient pas avoir le droit de se reproduire. De toute manière les parents c’est un tas d’emmerde, tu remarqueras ça bien vite. Ils te laissent sur un autre continent sans le moindre argent, tout cela parce que tu refuses d’être un jouet entre leurs mains expertes, tout cela parce que tu veux vivre ta vie et que tu ne veux pas être eux, mais toi ! Toi, tu veux simplement faire tes propres expériences, tirer leçon de tes erreurs, parce que..
»

Mamaaaaaan !
Criât-il brusquement en tirant la manche de Kenzie qui ne comprenait pas vraiment pourquoi il l’appelait soudainement Maman.

Ici ! Key c’est ma maman, vite vite viens. Il faut courir.

Perplexe la New-Yorkaise détourna le regard vers le point que désignait le petit à l’aide de son index droit. Une femme blonde d’une vingtaine d’année entrait à l’intérieur de la gare.
Le petit s’agrippa autour d’elle et ils se dirigèrent à la poursuite de ce qui semblait être la fameuse Daria. Le fait est que Kenzie et le petit n’étaient visiblement pas les seuls sur le coup, Gallagher et Achille (dont décidément personne ne savait le nom de famille) était eux aussi à distance de la blonde. Kenzie qui dans la précipitation avait fait tomber son portable fut obligée de ralentir le pas. Au moment où elle releva la tête, elle vit Adam et la blonde entrelacés, se livrant à un échange de salive des plus sulfureux.
- Oooh Maman et Papa s’embrassent ta vu ! C’est magique, comme dans un rêve.

Les petits avaient une notion des rêves si naïves et éphémères.

« Tu as confié mon bébé à ta pouffe! Comment as-tu osé, espèce de… »


C’est à ce moment précis que l’Américaine entra en scène.. Elle posa le gosse par terre, sans un regard vers Adam ou Achille.

« Oh, mais il n’y a vraiment pas de quoi, Daria. Daria, c’est bien ça ton nom ? » lança-t-elle d’un ton plein de mépris.

« Ecoute mini-mec, je crois qu’il faut pas que t’écoutes ça » Achille posa ses mains sur les oreilles du petit, tandis que Kenzie continua de parler.

« Si je n’avais pas trouvé ton gosse dans la rue, tu serais sans doute à cette heure-ci entrain de procéder à une identification de corps auprès de la morgue de Cambridge alors ferme-là ! Qu’on soit bien claire toute les deux, je n’en ai rien à cirer des relations que tu peux bien entretenir avec Gallagher, c’est le dernier de mes soucis. Secondement, compte tenu du fait que je me suis occupée de ton fils depuis près de douze heures pendant que toi tu étais on ne sait où à te livrer à on ne sait quoi, je crois que t’es assez mal placée pour pouvoir ne serait-ce te permettre d’ouvrir ta jolie petit bouche. Oh et une dernière chose, moi c’est Kenzie et puisqu’on est copine toutes les deux maintenant, on va faire un petit jeu. La prochaine fois que tu as envie de te faire refaire faire quelque chose sur le visage ou autre, essaye simplement de me traiter de pouf, tu auras le droit à une consultation gratuite, du jamais vu. C’est la moindre des choses entres amis, n’est-ce pas ? »

Elle accompagna la fin de son discours de son plus jolie sourire, le genre de sourire qu’elle s’amusait à faire auprès des amis de sa mère. Le genre de sourire surfait et plein de sadisme.

« Quant à vous, messieurs je crois que notre route se sépare ici »

Que se soit ou non son problème, le fait est que ce Gallagher était le roi des cons. Cette nana lui laissait le gamin sur les bras sans même une explication, elle se tirait comme la pire des looseuses qu’il soit et lui il ne trouvait rien de mieux que de se jeter dans ses bras.. C’est
énervée que Kenzie Stewarts quitta l’assemblé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://duty.up-your.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Back street kid | G |   

Revenir en haut Aller en bas
 
Back street kid | G |
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duty.com - The Grimsby Experience :: Side of The Road -the other- :: Garbage :: Cambridge Trinité & le reste :: Cambridge :: Huxley Factory-
Sauter vers: